Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Trois grands patrons de la tech dont Xavier Niel veulent lancer un référendum sur la cause animale

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Trois grands patrons de la tech dont Xavier Niel veulent lancer un référendum sur la cause animale
Xavier Niel et Jacques-Antoine Granjon, en septembre 2019. © Gyori Antoine/Corbis via Getty Images

L'initiative peut apparaître surprenante venant de patrons qui ne s'étaient jusqu'alors jamais montrés engagés sur la cause animale et l'environnement. Et pourtant Xavier Niel du groupe Iliad, propriétaire de l'opérateur Free, Marc Simoncini, fondateur de Meetic, et Jacques-Antoine Granjon, directeur de Veepee (ex-vente-privée.com), se sont associés non pas pour faire affaire mais pour présenter un projet de référendum d'initiative partagée (RIP) sur la condition animale.

Dans un texte dévoilé jeudi 2 juillet et élaboré avec le journaliste de France Télévisions Hugo Clément et une vingtaine d'associations de défense des animaux, dont L214 et la Fondation Brigitte Bardot, ils présentent leur proposition de loi. Elle devra obtenir le soutien de 185 députés ou sénateurs avant d'être examinée par le Conseil constitutionnel. Si la proposition est validée, s'ouvrira alors une période de neuf mois pour tenter de réunir au moins 4,7 millions de signatures. Puis, si ce seuil est atteint, le texte pourra enfin être soumis au vote des Français par référendum.

Il se décompose en six points et reprend des mesures déjà défendues depuis longtemps par les associations engagées dans la protection des animaux, à commencer par la sortie de l'élevage intensif d'ici à 2040, via la proscription des bâtiments sans accès au plein air ni au pâturage. Cette mesure prévoit en outre l'interdiction de "la mise en production de tout bâtiment nouveau ou réaménagé qui ne garantirait pas un accès au plein air des animaux adapté à leurs besoins".

Le fondateur de Free récemment sensibilisé

Parmi les cinq autres propositions, figure l'interdiction d'ici à 2025 de l'élevage en cage, qui concerne une majorité des poules pondeuses et presque la totalité des lapins, souligne Le Monde. Le texte prévoit aussi l'interdiction sous cinq ans des élevages à fourrure, la fin de la chasse à courre et de la chasse "traditionnelle", l'interdiction d'ici à 2025 des spectacles mettant en scène des animaux sauvages, dans les cirques et les parcs aquatiques. Enfin, il demande l'interdiction des expériences sur les animaux dès lors qu'une alternative existe.

"Nous pouvons changer le sort d'un milliard d'animaux chaque année en France. On va embarquer beaucoup de monde avec nous", a assuré Marc Simoncini, selon L'Opinion. Xavier Niel a de son côté reconnu qu'il n'était guère sensibilisé sur le sujet jusqu'à il y a peu de temps. "Il y a quelques mois, la cause animale ne me touchait pas, et j'en étais presque à m’en moquer", a-t-il confié lors du lancement du projet à Station F, son incubateur de startups à Paris, rapporte Le Monde. Le visionnage de vidéos sur la maltraitance des animaux, son entourage et notamment ses enfants, auraient poussé le pape de la tech en France à passer à l'action.

À lire aussi — Voici les grandes marques qui boycottent Facebook pour faire leur publicité

Découvrir plus d'articles sur :