Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Trois influenceurs acceptent de faire la promotion d'une boisson au cyanure sur Instagram

Trois influenceurs acceptent de faire la promotion d'une boisson au cyanure sur Instagram

Que vaut l'avis des influenceurs sur Instagram ? Une enquête, menée par la BBC le 18 décembre dernier, visait à prouver que les stars des réseaux sociaux ne vérifiaient pas toujours les produits qu'elles promouvaient. Pour se faire, trois célébrités issues de la téléréalité britannique, et suivies par des milliers de followers, ont été piégés par le média. Sous couverture, la BBC a approché Lauren Goodger, Mike Hassini et Zara Holland afin de leur proposer de faire la promotion d'une toute nouvelle boisson, "Cyanora". Un produit décrit comme "une nouvelle boisson amaigrissante qui contient tout ce dont vous avez besoin pour perdre ces horribles et hideux kilos."

La commercialisation du produit n'étant prévue que quelques mois plus tard, les influencers ne pouvaient pas goûter la fausse boisson. Les trois protagonistes ont ensuite été filmés, en caméra cachée, en train d'auditionner pour en faire la promotion et mentionnant son ingrédient phare : le cyanure d'hydrogène. Et ce, bien que le cyanure d'hydrogène soit un composé hautement toxique, voir mortel, utilisé notamment par les nazis durant la seconde guerre mondiale dans les chambre à gaz.

Les stars d'Instagram nient la mise en danger de leur communauté

Une fois l'enquête rendue public, les célébrités se sont empressées de nier avoir voulu mettre en danger leur communauté en faisant la promotion de produits toxiques. Si Mike Hassini n'a pour l'heure pas commenté cette enquête, Zora Holland, la star de la téléréalité "Love Island", a déclaré quant à elle qu'elle ne "tromperait jamais délibérément " ses followers. Elle a également affirmé qu'elle ne ferait jamais " la promotion d'un produit sans l'avoir essayé au préalable", et que son agent et elle ont "besoin de plus de détails".

En réponse à l'enquête, l'ancien agent de Lauren Goodger, a rétorqué : "Ma cliente n'approuverait pas la promotion de produits qui contiennent des ingrédients nocifs ou suspects, ou sans en connaître le contenu". Une déclaration de Lauren Goodger, affichée sur le post Instagram de son agence, explique qu'elle a accepté de promouvoir la boisson sans l'essayer "dans le feu de l'action".

View this post on Instagram

Winter Wednesday @lokkumlondon 🖤

A post shared by Lauren Goodger (@laurengoodger) on

Mais l'influenceuse n'en est pas à son coup d'essai. En effet, Lauren Goodger a déjà été épinglée par l’Advertising Standards Authority (ASA), l'organisme britannique de réglementation de la publicité, pour avoir partagé des informations trompeuses concernant des produits amaigrissants.

Des pratiques qui ont aussi lieu en France

Les dérives de certains influenceurs sont également un problème dans l'Hexagone. Le site Numerama a relevé que Nicky Cosmetics, une marque de produits capillaire largement promue sur les réseaux sociaux par de nombreux influenceurs, vendait des produits contenant des allergisants interdits en Europe.

L'année dernière, la créatrice de contenus EmmaCakeCup (1,8 millions d'abonnés sur Instagram et 1,47 millions d'abonnés sur Youtube) a créé le scandale après avoir fait la promotion de sites de e-commerce frauduleux auprès de sa communauté, comme l'explique le site Stratégie. Dans une vidéo intitulée "Vérité" et publiée sur sa chaine en juin dernier, la jeune femme expliquait alors : "Il faut savoir que nous, influenceurs, nous sommes contactés par énormément de personnes, et des personnes qui sont souvent malveillantes, qui veulent se faire de l'argent sur notre dos (...) et souvent on est mal accompagnés (...). Nous, les créateurs de contenus, on n'a pas forcément fait d'études dans le milieu (...) des erreurs peuvent arriver."

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :