Donald Trump et Kim Jong-un lors de leur première rencontre à Singapour, le 12 juin 2018. REUTERS/Jonathan Ernst

A l'occasion de ses voeux pour la nouvelle année, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un s'est dit disposé à rencontrer le président américain Donald Trump à tout moment pour la tenue d'un second sommet bilatéral, après celui de juin 2018 à Singapour.

Kim Jong-un a laissé entendre pour la première fois que la Corée du Nord était résolue à ne plus produire ni utiliser d'arme nucléaire.

En réponse, Donal Trump a écrit sur Twitter qu'il souhaitait également une nouvelle rencontre: "Je suis également impatient de rencontrer le président Kim, qui réalise si bien que la Corée du Nord possède un grand potentiel économique!"

Washington et Pyongyang ont engagé des discussions pour organiser un nouveau sommet entre Trump et Kim depuis le sommet inédit de Singapour entre les deux dirigeants en juin dernier, depuis lequel la dénucléarisation de la Corée du Nord n'a guère progressé.

Donald Trump a déclaré en décembre qu'un second sommet avec Kim Jong-un aurait probablement lieu en janvier ou février 2019.

Les discussions de travail entre le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo et le responsable nord-coréen Kim Yong-chol, annulées de façon impromptue en novembre, n'ont pas encore été reprogrammées.

Lors de son allocution télévisée, Kim Jong-un a dit qu'il y aurait une plus grande avancée sur la question de la dénucléarisation si les Etats-Unis prenaient les mesures "appropriées".

Mais le dirigeant a prévenu que Pyongyang n'aura pas d'autre choix que d'"explorer une nouvelle voie pour protéger sa souveraineté" si les Etats-Unis se méprennent sur sa patience et "maintiennent les sanctions et la pression à notre égard en dépit des promesses faites sous le regard du monde entier", a ajouté le dirigeant nord-coréen. Il n'a pas donné de précision sur les démarches envisagées.

Dans un contexte de détente avec la Corée du Sud, Kim Jong-un a par ailleurs appelé Séoul à "mettre complètement fin" aux exercices militaires conjoints avec les Etats-Unis, soulignant que des négociations multilatérales devraient être menées pour parvenir à une paix durable dans la péninsule coréenne.

Réunis en octobre à Pyongyang, Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in ont conclu un accord militaire prévoyant la fin de tous les "actes hostiles", une zone d'exclusion aérienne le long de la frontière entre le Nord et le Sud, ainsi que la suppression de 22 postes de garde installés le long de leur frontière fortifiée.

Le mois dernier, Washington a dit avoir imposé des sanctions à trois responsables nord-coréens, dont l'un des principaux collaborateurs de KimJong-un, pour des violations présumées des droits de l'homme.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les données personnelles de centaines de transfuges nord-coréens passés au Sud ont été dérobées par des pirates

VIDEO: L'histoire de la mort de Jack Daniel implique un coffre-fort et un orteil cassé