Trump semble préparé à déclencher une guerre commerciale avec l'Union européenne

Le président américain Donald Trump passé à côté du président français Emmanuel Macron et de la chancelière allemande Angela Merkel pour arriver à sa place lors d'une séance photo au siège de l'OTAN à Bruxelles, 25 mai 2017. REUTERS/Jonathan Ernst

  • L'administration Trump va imposer des droits de douane sur l'acier et l'aluminium sur les importations en provenance de l'Union européenne, selon le Wall Street Journal.
  • Les tarifs douaniers interviennent après que les pourparlers entre l'UE et les États-Unis n'aient pas abouti à un accord commercial alternatif.
  • L'UE devrait réagir en imposant des droits de douane sur les produits américains, ce qui déclenchera probablement une guerre commerciale.

L'administration Trump va imposer des droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance de l'Union européenne, selon un nouvel article de presse, après que les pourparlers pour une solution de rechange ont échoué à aboutir sur un accord de rechange.

Le Wall Street Journal a révélé que les tarifs pourraient être annoncés dès ce jeudi.

L'UE réagira presque certainement avec ses propres tarifs douaniers, conduisant les États-Unis et l'Europe au bord de la guerre commerciale.

Ces tarifs sont le point culminant d'une période dramatique de trois mois depuis que le président Donald Trump a annoncé un tarif de 25 % sur l'acier et de 10 % sur l'aluminium

  • Initialement, Trump avait accordé à l'UE et à d'autres alliés clés un sursis sur les tarifs de l'acier et de l'aluminium avec une expiration le 1er mai.
  • Après que les pourparlers n'aient pas progressé avec l'UE et une poignée de pays — comme le Canada et le Mexique — sur une solution alternative, Trump a reporté toute décision jusqu'au 1er juin.

Mais même là, les dirigeants de l'UE et des pays membres ont refusé de négocier tant que Trump n'abandonnait pas la menace des tarifs douaniers. En l'absence d'un autre accord en vue, l'équipe de Trump semble désormais prête à aller jusqu'au bout.

Lors d'un événement de l'OCDE, mercredi, le secrétaire américain au commerce, Wilbur Ross, a dénoncé l'absence des pays de l'UE à la table des négociations alors que les droits de douane étaient en vigueur. Ross a cité la volonté de la Chine de discuter d'une entente tout en étant assujettie à des tarifs douaniers comme exemple de la façon dont les négociations devraient se dérouler.

"La Chine est un exemple intéressant à cet égard", a dit M. Ross. "Ils paient les tarifs, ils sont entrés en vigueur en mars et ils n'ont pas utilisé cette excuse pour ne pas parler. C'est seulement l'UE qui insiste sur le fait que nous ne pouvons pas négocier s'il y a des tarifs."

La décision sera presque certainement rejetée par l'UE. Le président français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre britannique Theresa May ont déclaré dans un communiqué commun avant l'expiration de la première exemption que les pays devraient être prêts au cas où les tarifs américains entreraient en vigueur.

"L'Union européenne doit être prête à défendre résolument ses intérêts dans le cadre des règles commerciales multilatérales", a déclaré le trio.

Philip Hammond, chancelier de l'Échiquier du Royaume-Uni, a déclaré à Business Insider, à la suite des rapports, que la décision des États-Unis de ne pas prolonger l'exemption était malheureuse.

"Eh bien, nous sommes évidemment déçus. Nous avons exercé des pressions en faveur du maintien de l'exemption, voire d'une exemption permanente", a déclaré Hammond. "Je n'imagine pas que ce sera la fin de la discussion."

A la question de savoir si une exemption plus longue était possible, Hammond a déclaré que l'administration Trump avait été ouverte à la négociation dans le passé.

"Ecoutez, j'ai toujours trouvé l'administration ouverte à la discussion", a déclaré le Chancelier. "Ils ont une vision. Ils ont une position. Mais dans mes discussions avec eux jusqu'à présent — et je ne suis pas responsable au premier chef de la négociation des accords commerciaux — mais ils m'ont toujours semblé disposés à écouter, à parler de ces choses.

Avant l'exemption, l'UE menaçait de réagir à la pression sur l'acier et de l'aluminium en imposant des droits de douane sur les marchandises américaines comme les motos, les jeans et le bourbon.

Selon le Wall Street Journal, l'affrontement pourrait encore être évité par un accord commercial de dernière minute... Mais un tel accord est hautement improbable.

Version originale: Bob Bryan et Troy Wolverton/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Christine Lagarde vient de dire ce que les investisseurs ont vraiment à craindre des nouveaux tarifs douaniers de Trump

VIDEO: Cette salle de sport ne ressemble à aucune autre — elle est entièrement faite de bois et recouverte de plantes