Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Trump redeviendra un utilisateur normal de Twitter le 20 janvier et pourra se faire bannir

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Trump redeviendra un utilisateur normal de Twitter le 20 janvier et pourra se faire bannir
© Leah Millis/Reuters

Le président Donald Trump a jusqu'à janvier pour tweeter en toute impunité. Le géant des médias sociaux a confirmé samedi à The Verge que le 20 janvier — jour de l'investiture du président élu Joe Biden — le compte Twitter personnel de Donald Trump perdra son statut de compte de "chef d'État". Sur Twitter, les "chefs d'État" sont traités différemment. Leurs tweets, qui seraient normalement supprimés ou entraîneraient des sanctions, font seulement l'objet d'avertissements, informant les utilisateurs que bien qu'ils enfreignent les règles de Twitter, la plateforme autorisent les tweets à y rester.

En effet, Twitter estime que les tweets des dirigeants mondiaux sont dans l'intérêt public, même lorsqu'ils enfreignent ses directives. "Une fonction essentiel de notre service est de fournir un endroit où les gens peuvent répondre ouvertement et publiquement à leurs dirigeants et les tenir responsables", a déclaré un porte-parole de Twitter à Business Insider. "Dans cette optique, il y a certains cas où il peut être dans l'intérêt du public d'avoir accès à ces tweets, même si ceux-là enfreignent nos règles".

À lire aussi — La ligne téléphonique contre les fraudes électorales créée par Trump est submergée de canulars

Un porte-parole du réseau social a également déclaré à The Verge que cette politique "s'applique aux dirigeants mondiaux actuels et aux candidats à la fonction, mais pas aux simples citoyens lorsqu'ils n'occupent plus ces postes".

Twitter a commencé à prendre des mesures contre les tweets de Donald Trump le 26 mai, en ajoutant un message d'avertissement sous deux qui prétendaient que les bulletins de vote par correspondance de Californie feraient l'objet de fraude électorale.

Deux jours plus tard, le réseau social a pris des mesures contre un de ses tweets concernant les protestations après la mort de George Floyd à Minneapolis, pour avoir enfreint ses règles contre "l'apologie de la violence".

À l'approche de l'élection, Twitter a commencé à appliquer des restrictions aux messages qu'il jugeait contraires à sa politique d'"intégrité civique". Beaucoup de ces tweets incluaient les allégations infondées du président selon lesquelles le vote par correspondance serait frauduleux.

À lire aussi — Twitter a suspendu le compte de Donald Trump après le partage de l'adresse mail d'un chroniqueur

Depuis le jour du scrutin, la plateforme a pris des mesures contre de nombreux tweets de Trump. Certains doivent simplement faire l'objet de vérifications, tandis que d'autres font l'objet d'un message d'avertissement de la part de Twitter indiquant : "Une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce tweet est contestée et pourrait induire en erreur sur une élection ou un autre processus civique".

On ignore combien de temps le compte de Trump pourrait survivre après le 20 janvier, mais s'il continue à tweeter comme il l'a fait, il est possible que son compte soit suspendu.

Certains groupes estiment que le milliardaire devrait perdre ses privilèges bien avant l'inauguration de Joe Biden. Le Comité des avocats pour les droits civils en vertu de la loi et le chien de garde politique Common Cause ont écrit une lettre ouverte à Twitter jeudi, demandant à la plateforme de suspendre le compte de Donald Trump pour avoir compromis l'intégrité de l'élection.

Version originale : Isobel Ashel Hamilton / Business Insider US

À lire aussi — On vous présente la famille de Joe Biden, nouveau président élu des États-Unis

Découvrir plus d'articles sur :