Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Donald Trump va signer un décret 'relatif aux médias sociaux', après avoir accusé Twitter de bafouer la liberté d'expression

Donald Trump va signer un décret 'relatif aux médias sociaux', après avoir accusé Twitter de bafouer la liberté d'expression
Le président américain Donald Trump s'exprime à la suite d'une réunion sur les infrastructures à la Trump Tower, le 15 août 2017 à New York. © Drew Angerer/Getty Images

Le président Donald Trump prévoit de publier un décret "relatif aux réseaux sociaux" ce jeudi 28 mai. Plusieurs journalistes en ont été informés par l'attachée de presse de la Maison-Blanche, à bord d'Air Force One, mercredi 27 mai 2002, au soir. Kayleigh McEnany n'a pas donné de détails sur ce que le décret pourrait inclure, mais le Washington Post a indiqué qu'il pourrait habiliter diverses agences fédérales à pénaliser les entreprises de réseaux sociaux comme Twitter, Facebook et Google pour leurs pratiques de modération de contenus. Selon des sources du Washington Post, il pourrait pousser la Commission fédérale des communications à envisager de réduire la portée de l'article 230 du Communications Decency Act de 1996, qui protège les sociétés Internet de toute responsabilité légale pour les contenus publiés sur leurs sites et leur donne un large pouvoir de modération de ces contenus.

Le décret pourrait, en outre, canaliser les plaintes pour partialité politique vers la Commission fédérale du commerce. Celle-ci serait alors libre d'enquêter sur les pratiques de modération de contenus de ces sociétés et exiger des agences fédérales qu'elles procèdent à un examen de leurs dépenses publicitaires sur les réseaux sociaux. Kate Klonick, professeur de droit à l'université de St. John's et membre du "projet sur la société de l'information" de l'université de Yale, a tweeté mercredi qu'elle avait obtenu une ébauche du décret. Elle a déclaré que son texte pourrait faire valoir que la vérification des faits relève de la "conduite éditoriale" de l'entreprise et n'est donc pas protégée par l'article 230. En outre, il pourrait également interdire aux agences fédérales de faire de la publicité sur des plateformes qui violent la disposition de la section 230 sur la conduite éditoriale.

Une décision prise après que Twitter ait vérifié une information partagée par le président américain

Cette proposition de décret de Donald Trump fait suite à la décision prise par Twitter en début de semaine d'ajouter une étiquette de vérification des faits (fact-checking) aux tweets du président américain. Celui-ci prétendait, à tort, que les bulletins de vote par e-mail étaient liés à des fraudes. Twitter a ajouté un lien sous les tweets avec le texte : "Get the facts about mail-in ballots" . Les utilisateurs étaient alors reconduits vers une page où les vérificateurs de faits avaient démenti ces affirmations non fondées.

Donald Trump a exprimé sa désapprobation dans une série de tweets, accusant Twitter d'"interférer dans l'élection présidentielle de 2020" et d'"étouffer complètement le discours gratuit".

En réponse, l'entreprise a fait valoir qu'avec ce tweet mensonger le président américain avait violé la politique de la plateforme contre "la manipulation ou l'ingérence dans les élections ou d'autres processus civiques", qui "comprend la publication ou le partage de contenus qui peut supprimer la participation ou induire les gens en erreur sur le moment, le lieu ou la manière de participer à un processus civique". "Nous avons ajouté une étiquette à deux tweets de @realDonaldTrump sur les plans de vote par e-mail de la Californie dans le cadre de nos efforts pour faire appliquer notre politique d'intégrité civique. Nous pensons que ces tweets pourraient tromper les électeurs sur ce qu'ils doivent faire pour recevoir un bulletin de vote et participer au processus électoral", a déclaré la société, dans un tweet, mercredi soir.

Ce n'est pas la première fois que l'administration Trump menace de poursuivre en justice les sociétés de réseaux sociaux avec qui elle se trouve en désaccord

L'année dernière, la Maison-Blanche a rédigé une proposition visant à pénaliser les plateformes pour un prétendu parti pris contre les conservateurs — une revendication que ces derniers ont fréquemment soulevé mais pour laquelle ils n'ont pas encore fourni de preuves. Plus tôt dans la journée de mercredi, un juge fédéral a lancé une action en justice qui prétendait que Twitter, Facebook, Apple et Google avaient conspiré pour supprimer les opinions conservatrices en ligne, a rapporté Bloomberg.

Il est également probable que Donald Trump n'ait pas les bases légales pour émettre de telles réglementations, selon de multiples experts qui ont déclaré à Business Insider US que le premier amendement, l'article 230, et d'autres protections légales donnent aux entreprises privées de larges droits sur la réglementation des contenus sur leurs plateformes.

Cependant, le décret présidentiel pourrait entraîner les entreprises de médias sociaux dans une lutte pour l'article 230 qu'elles essaient désespérément d'éviter. Le bouclier juridique qu'il offre, qui a joué un rôle déterminant dans le développement de l'internet moderne, est devenu un sujet de débats passionnés ces dernières années des deux côtés de l'Atlantique.

Version originale : Tyler Sonnemaker/ Business Insider

À lire aussi : Twitter signale des messages de Donald Trump comme 'trompeurs' pour la première fois

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :