Twitter a publié sa politique de modération pour les chefs d'Etat, dont les types de tweets qui ne seront pas autorisés

Le DG de Twitter Jack Dorsey. Drew Angerer/Getty Images

Twitter a révélé sa politique de modération pour les leaders mondiaux dans un nouveau billet de blog. L'article de Twitter ne discute pas des actions d'un chef d'Etat en particulier, mais la société a déclaré qu'elle voulait mieux expliquer pourquoi elle prend des décisions de modération lorsqu'elle examine des publications controversées de personnalités politiques. "Lorsqu'il s'agit des actions des dirigeants mondiaux sur Twitter, nous reconnaissons qu'il s'agit là d'un terrain largement nouveau et sans précédent", a déclaré le réseau social sur son blog.

"Nous comprenons le désir que nos décisions se résument à 'oui/non', mais ce n'est pas si simple. Les mesures que nous prenons et les politiques que nous élaborons établiront un précédent en matière de discours en ligne et nous devons aux personnes que nous servons d'être consciencieux et de faire preuve de considération dans ce que nous faisons." Twitter a déclaré que les types de tweets ci-dessous mèneront à l'application de la règlementation, peu importe l'auteur des messages :

  • Promotion du terrorisme.
  • Menaces claires et directes de violence à l'encontre d'une personne (le contexte est important : comme nous l'avons déjà mentionné, les interactions directes avec d'autres personnalités publiques ou les commentaires sur des questions de politique intérieure et étrangère ne donneraient probablement pas lieu à l'application de la règlementation).
  • Affichage d'informations personnelles, comme une adresse personnelle ou un numéro de téléphone personnel non public.
  • Affichage ou partage de photos ou de vidéos intimes d'une personne qui ont été produites ou distribuées sans son consentement.
  • Adoption de comportements liés à l'exploitation sexuelle des enfants.
  • Encouragement ou promotion de l'automutilation.

Twitter avait révélé en juin dernier une nouvelle politique de modération pour les hommes et femmes politiques et autres utilisateurs influents qui étiquette les tweets ne respectant pas les politiques de la plateforme au lieu de les supprimer. Cependant, cette politique ne concerne que les comptes Twitter de 100 000 abonnés ou plus.

A lire aussi — Jack Dorsey, le DG de Twitter, a expliqué à Donald Trump pourquoi il perdait des abonnés

L'entreprise a déclaré qu'elle laisserait les tweets controversés intacts pour les besoins de la discussion et pour que les gens puissent s'engager dans les déclarations faites par les dirigeants politiques.

"Notre mission est de fournir un forum qui permet aux gens d'être informés et de communiquer directement avec leurs dirigeants", a déclaré Twitter dans l'article de blog.

Le compte Twitter Safety déclare que les tweets offensants seront marqués d'une nouvelle étiquette d'avertissement qui rendra impossible d'aimer, de répondre, de partager ou de retweeter le tweet en question. Cependant, les utilisateurs pourraient exprimer leur opinion sur le tweet en utilisant la fonction "Retweeter avec un commentaire" qui permet de mettre un lien vers le tweet d'origine.

Alors que les candidats à l'élection présidentielle américaine de 2020 et d'autres hommes et femmes politiques continuent d'utiliser de plus en plus Twitter comme plateforme de politique et de débat, ils remettent également en question ses règles d'engagement. Plus tôt ce mois-ci, la sénatrice Kamala Harris, candidate démocrate à l'élection présidentielle, a écrit une lettre demandant à Twitter de bannir le président américain Donald Trump de Twitter à cause de six tweets qui, selon elle, ne respectent pas les règles du réseau social.

A lire aussi — Twitter bloque une pub du gouvernement pour les élections européennes car il se dit incapable de respecter la nouvelle loi anti-fake news

Kamala Harris a spécifiquement identifié six tweets qui visaient ou menaçaient quelqu'un, ou qui pouvaient inciter à la haine, ce qui violerait l'accord d'utilisation de Twitter. Twitter a confirmé que la société avait reçu la lettre, mais a déclaré à Business Insider que l'article de blog concernant les leaders mondiaux était une annonce séparée.

En août, Twitter avait temporairement suspendu un compte appartenant à la campagne de réélection du sénateur américain Mitch McConnell après la publication d'une vidéo qui comprenait des menaces violentes contre le sénateur. Twitter a rétabli le compte après que la campagne a fait appel de la décision et que le Comité national du Parti républicain a menacé de cesser de financer des campagnes sur Twitter.

La vidéo postée par @Team_Mitch a été réintégrée avec un avertissement "contenu sensible".

Version originale : Kevin Webb/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Donald Trump imprime les tweets à son sujet qu'il apprécie, les signe et les envoie à leurs auteurs

VIDEO: Cet exemple avec une balle de ping pong démontre comment un peu d'alcool peut rendre plus créatif