Twitter et Facebook expliqueront au Congrès américain que l'ingérence russe pendant les élections américaines était plus importante qu'on ne le pensait

Le président russe, Poutine s'adresse aux médias à Sochi. Thomson Reuters

  • Twitter et Facebook s'expliqueront devant le Congrès américain à partir de ce mardi au sujet de l'ingérence de la Russie lors des élections américaines.
  • Ils confirmeront que l'ingérence était plus large que ce qui avait été rapporté initialement.
  • Twitter dira que plus de 30.000 comptes liés à la Russie ont généré 1,4 millions de tweets pendant la fin de la campagne électorale. 
  • Facebook annoncera que près de 126 millions de personnes ont été exposées à du contenu en provenance de comptes liés à la Russie sur une période de deux ans. 

Twitter sera entendu par le Congrès américain cette semaine au sujet des comptes liés à la Russie qui "ont généré près de 1,4 million de tweets automatisés liés aux élections, représentent un total de près de 288 millions d'impressions" entre le 1er septembre et le 15 novembre 2016. 

"Pour notre analyse, nous avons étudié la période entre le 1er septembre et le 15 novembre 2016 qui couvre 16 milliards de tweets uniques (hors retweets par exemple)", a confié une source au courant de la déposition de Twitter. "Notre analyse était délibérément large, portant sur 189 millions de tweets liés aux élections."

Dans une partie de la déposition, qui a été obtenue le 30 octobre par Business Insider, l'avocat de Twitter, Sean Edgett, a écrit que l'entreprise avait "identifié 36.746 comptes qui généraient du contenu automatisé en rapport avec les élections et qui avaient au moins une des caractéristiques que nous associons à un compte en Russie."

C'est bien plus élevé que le nombre de comptes liés à la Russie que Twitter avait initialement donné devant le Senate Intelligence Committee dans une audition le mois dernier. Les représentants de Twitter auraient dit aux enquêteurs qu'ils avaient découvert seulement 201 comptes liés à la Russie, conduisant le sénateur démocrate Mark Warner à qualifier l'interrogatoire de "profondément déplacé" devant les reporters.

Lorsque Edgett apparaîtra cette semaine devant la commission judiciaire du Sénat et les commissions du renseignement du Sénat et de la Chambre des représentants, pourtant, il témoigner du fait que ces 36.746 comptes "ont généré près de 1,4 millions de tweets automatisés en lien avec les élections, représentent un total de près de 288 millions d'impressions."

Twitter souligne dans ses remarques préparées que près de 37.000 comptes représentent "1/100ème d'un pourcentage (0.012%) de la totalité des comptes Twitter de l'époque."

A titre de comparaison, Facebook expliquera au Congrès que les comptes liés à la Russie ont produit près de 80.000 publications sur la plateforme entre 2015 et 2017 et qu'elles ont été vues par 126 millions d'Américains. 

"Nous estimons qu'environ 29 millions de personnes ont reçu du contenu dans leur fil d'actualité venant directement des 80.000 publications de l'IRA au cours des deux années," écrit le conseiller juridique de Facebook, Colin Stretch, dans un témoignage obtenu par Business Insider. Il a ajouté que Facebook estime que "près de 126 millions de personnes ont pu recevoir une de leurs histoires à un moment durant cette période de deux ans."

L'IRA, ou Internet Research Agency, est une "usine troll" Russe qui produit des fausses informations en masse et de la propagande sur les réseaux sociaux durant les élections. 

Twitter a écrit dans un témoignage qu'elle avait découvert "de nouveaux comptes liés à la Internet Research Agency (“IRA”) comme résultat de notre analyse."

"Nous avons connecté les 201 comptes, que nous avions initialement identifiés avec les enquêteurs du Congrès, à l'activité générale russe liée aux élections sur Twitter, incluant une série complète de 2752 comptes que nous pensons désormais être associés avec l'IRA", d'après la déposition. 

Environ 9% des 2752 tweets venant des comptes liés à l'IRA avaient un rapport avec les élections, selon Twitter, et plus de 47% de ces tweet étaient automatisés. 

L'entreprise dit que les 2752 comptes avaient désormais été suspendus, et que Twitter est "en train de donner de manière proactive aux enquêteurs de la commission l'identité de ces comptes, et nous avons pris des mesures pour bloquer tout futur enregistrement lié à ces comptes, et nous avons promis au Congrès que nous les informerons si nous découvrons d'autres comptes similaires."

Twitter a interdit l'agence de presse RT et Sputnik de faire de la publicité sur sa plateforme la semaine dernière. L'entreprise dit dans sa déposition qu'elle a "identifié neuf comptes qui ont à la fois un critère prouvant son origine russe et qui encouragent aussi du contenu lié aux élections violant les politiques publicitaires existantes ou récemment mises en place. Deux de ces comptes étaient @RT_COM et @RT_America."

Version originale: Natacha Bertrand/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'affaire des faux comptes russes sur Facebook est bien plus effrayante qu'elle n'y paraît — et nous ne le réalisons toujours pas

VIDEO: Des athlètes âgés ont arrêté de faire de l'exercice pendant 10 jours et ça a affecté leur cerveau

Contenu Sponsorisé

Votre entreprise fait face à des défis? Apprenez à vous adapter et à prospérer avec Agile

  1. sqd

    Donc seuls les Américains ont le droit d’influencer les autres via leur médias - comme Business Insider et CNN.
    C'est ça? J'ai bon?

Laisser un commentaire