Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Twitter lance un outil de relecture pour inciter ses utilisateurs à éviter les insultes en ligne

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Twitter lance un outil de relecture pour inciter ses utilisateurs à éviter les insultes en ligne
Le PDG de Twitter, Jack Dorsey. © PRAKASH SINGH/AFP via Getty Images

Twitter a mis en place, mercredi 5 mai, une nouvelle fonctionnalité qui invite les utilisateurs à vérifier si leurs tweets sont "potentiellement nuisibles ou offensants" avant de les publier. La société a indiqué que ces messages apparaîtront à partir de ce jour sur les comptes Twitter anglophones des appareils Apple et Android.

"Les gens viennent sur Twitter pour parler de ce qui se passe, et parfois les conversations sur des sujets qui nous tiennent à cœur peuvent devenir intenses. Les gens disent des choses sur le moment qu'ils pourraient regretter plus tard", a écrit le réseau social dans un billet de blog.

À lire aussi — L'application Twitter offre désormais un aperçu plus grand des images sur iOS et Android

Cette fonctionnalité utilise l'intelligence artificielle pour détecter les propos nuisibles dans un tweet rédigé par un utilisateur, a indiqué la société. Avant que l'utilisateur n'appuie sur le bouton de publication, une alerte s'affiche à l'écran, lui demandant de revoir ce qu'il a écrit dans le message. L'utilisateur peut alors modifier, supprimer ou envoyer son tweet tel quel.

Concernant un éventuel élargissement de cette fonctionnalité aux utilisateurs français, une porte-parole de Twitter France a déclaré à Business Insider France que le réseau social explorait "la possibilité de développer ces encarts pour d'autres langues, grâce notamment aux retours d'expérience issus de cette fonctionnalité en anglais."

Aucune date n'est cependant avancée, pour le moment.

Le réseau social a commencé à tester cette fonctionnalité en mai 2020 pour voir si elle inciterait les utilisateurs à davantage réfléchir en amont ce qu'ils publient en ligne. Twitter a indiqué dans son blog que 34 % des personnes ayant reçu une alerte ont revu leur réponse initiale ou ont décidé de ne pas publier de message du tout. Selon Twitter, les utilisateurs participant au test ont écrit 11 % de réponses offensantes en moins après avoir été alertés pour la première fois.

Ces utilisateurs étaient également moins susceptibles de recevoir des réponses offensantes et nuisibles en retour, a ajouté Twitter.

À lire aussi — Evincé de Twitter et Facebook, Donald Trump lance son propre blog

Lors des premiers tests, les systèmes de Twitter ont eu du mal à faire la différence entre un contenu offensant et une plaisanterie entre amis. Mais l'entreprise a déclaré que sa fonctionnalité peut désormais faire la distinction entre "sarcasme et plaisanterie amicale" et prend en compte "la nature de la relation entre l'auteur et le destinataire.""

Cette nouvelle intervient après que des équipes sportives, des joueurs de football et des athlètes britanniques ont organisé un boycott de quatre jours des réseaux sociaux pour protester contre les insultes racistes visant des joueurs noirs en ligne.

Ces nouvelles alertes de contenu ne sont pas la seule fonctionnalité testée par Twitter dans le but de promouvoir un environnement plus amical sur la plateforme. L'année dernière, l'entreprise a commencé à inviter ses utilisateurs à lire un article avant de le publier afin de "favoriser une discussion éclairée". Cette fonctionnalité est toujours en cours de test.

Version originale : Kate Duffy/Insider

À lire aussi — Twitter aurait envisagé de racheter Clubhouse pour 4 Mds$

Découvrir plus d'articles sur :