Publicité

Twitter offre la possibilité de devenir un influenceur rémunéré sur sa plateforme

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Twitter offre la possibilité de devenir un influenceur rémunéré sur sa plateforme
Les profils les plus suivis pourront proposer d'être rémunérés pour leurs contenus sur la plateforme. © Getty Images
Publicité

Il est possible de faire carrière sur Twitter maintenant. Les profils très suivis pour leur expertise sur un thème particulier pourront proposer à leur public de devenir des "super followers" ("super abonnés"), et ainsi recevoir des contenus exclusifs (conseils, histoires, analyses, etc.) en s'abonnant à leur compte pour 3, 5 ou 10 dollars par mois (probablement 3, 5 et 10 euros en France).

"En tant que super follower, vous pouvez participer à des conversations auxquelles seuls les autres abonnés payants ont accès", mentionne Esther Crawford, une directrice produit du réseau social, dans un communiqué publié mercredi. L'entreprise basée à San Francisco ne prélèvera pas plus de 3% des recettes, au début. Quand un créateur aura gagné plus de 50.000 dollars (42 000 euros), la part de la plateforme passera à 20% sur les revenus, après la commission du système d'exploitation mobile (iOS pour Apple ou Android pour Google).

La fonctionnalité fait ses débuts aux Etats-Unis et au Canada, pour un groupe limité de créateurs, qui ont un iPhone ou iPad (Apple). Elle doit être progressivement étendue géographiquement et sur l'autre système dominant (Android).

A lire aussi : Twitter, Facebook, LinkedIn, Discord... Ces 6 applis copient Clubhouse et ses salons audio

Moins d'utilisateurs que prévu

Jack Dorsey, le PDG du groupe californien, avait déjà annoncé le 5 mai dernier qu'il comptait lancer plusieurs fonctionnalités. Depuis juin Twitter teste une formule payante pour moins de 3 euros, en Australie et au Canada, permettant aux utilisateurs d'annuler un tweet ou enregistrer des déclarations.

Pour l'instant l'essentiel du chiffre d'affaire du groupe californien — près d'un milliard d'euros — repose sur les recettes publicitaires. Ce business model connait ses limites, notamment pour attirer un nouveau public. La plateforme a publié des résultats plus faibles qu’espérés en avril. Le nombre d’utilisateurs quotidiens dits « monétisables » (ayant été exposés à au moins une publicité sur une journée donnée) s’est établi à 199 millions au premier trimestre, soit 1 million de moins que les prévisions des analystes.

Des influenceurs liés à l'oiseau bleu

Jack Dorsey cherche à diversifier ses sources de revenus, mais aussi proposer un nouveau moyen d'interagir sur sa plateforme. À l'instar de YouTube, Snapchat ou Instagram, Twitter veut faire émerger des influenceurs. Contrairement à ses concurrents, ces stars du web seraient en priorité rémunérée par les utilisateurs, même si les marques devraient rapidement arrivé maintenant que certains pourront exploiter leur contenu sur Twitter.

Enfin, un service de newsletter payant a aussi vu le jour fin août après que le groupe a racheté Revue, en janvier dernier, un startup spécialisé dans ce format. Revue permet de créer en quelques clics des newsletters gratuites ou payantes, un bouton est ensuite intégré au profil pour pouvoir s'abonner. La plateforme prélève 5 % des abonnements de ces dernières. Face à Facebook et sa gestion chaotique des informations, Twitter voudrait s'imposer comme le réseau social de l'info sérieuse, mais payante.

À lire aussi — Les 10 réseaux sociaux les plus utilisés en France en 2020

Découvrir plus d'articles sur :