Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Uber a recruté un chercheur de la NASA pour construire ses voitures volantes

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Uber a recruté un chercheur de la NASA pour construire ses voitures volantes
© Uber

Non content de bouleverser le milieu des taxis, Uber veut à présent porter le partage de voiture à un tout autre niveau. Un niveau vertical.

Comme l'a rapporté Brad Stone de Bloomberg, Uber a embauché un chercheur de la NASA pour s'attaquer au défi de la voiture volante. Mark Moore était déjà un acteur important de la Silicon Valley dans ce domaine: il avait écrit un papier qui avait poussé Larry Page de Google à y investir.

D'après Bloomberg, "Moore quittera la NASA où il a passé 30 ans pour rejoindre le rival de Google: Uber Technologies Inc. Moore prendra le rôle de directeur de l'ingénierie pour l'aviation, et travaillera dans le développement de son initiative de voitures volantes, "Uber Elevate".

Cette idée n'est pas aussi improbable qu'on pourrait le penser. Uber veut utiliser des voitures électriques qui voleraient sur un court trajet et qui pourraient décoller et atterrir verticalement.

Uber cherche en fait ici est améliorer son service existant, certes de manière très imaginative et futuriste.

Terrafugia Transition. Capture d'écran via Terrafugia

Les voitures volantes sont souvent confrontées aux difficultés techniques de la réalité. Terrafugia, une startup du Massachusetts, a développé une technologie de voiture volante grâce à la création de son "aéronef que l'on peut conduire sur route". Mais pour l'instant l'entreprise n'a pas encore livré de véhicules.

Ce qui complique le projet d'Uber est que la firme a mis en circulation de manière agressive ses voitures autonomes — elle a une "flotte" en circulation à Pittsburgh, et si elle n'avait pas rencontré une opposition en Californie, elle en aurait aussi une à San Francisco (les voitures ont depuis été envoyées en Arizona).

D'après Bloomberg, le département "Uber Elevate" ne verra pas rapidement d'application concrète d'une nouvelle technologie mais sert plutôt à l'entreprise pour continuer de toujours essayer de "viser la lune".

Version originale : Matthew DeBord/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :