Uber a construit une ville factice à Pittsburgh avec des mannequins errants pour tester ses voitures autonomes

Une vue aérienne de la ville factice d'Uber dans le voisinage de Hazelwood à Pittsburgh. Uber

  • Uber teste ses voitures autonomes dans une ville factice nommée Almono, qu'elle a construite à Pittsburgh. 
  • La cité factice possède un rond-point géant, de fausses voitures et des mannequins errants qui bondissent dans la rue sans crier gare. 
  • Uber utilise aussi Almono pour entraîner les conducteurs avant de leur permettre de contrôler les voitures dans le monde réel.

Les essais de la voiture autonome d'Uber ne sont pas sans controverses, mais le programme existe toujours bel et bien à Pittsburgh.

Le géant du VTC a publié une nouvelle vidéo plus tôt ce mois-ci dévoilant un aperçu de sa ville factice où les voitures autonomes de l'entreprise apprennent à conduire dans le monde réel. 

Appelée Almono, la cité factice est construite sur le site d'une ancienne aciérie le long de la rivière Monongahela dans le voisinage de Hazelwood à Pittsburgh. Elle comporte un rond-point géant, de fausses voitures et des mannequins errants qui bondissent dans la rue sans crier gare. Il y a même des conteneurs censés simuler des immeubles, entraînant ainsi les voitures à opérer même quand des structures se dressant au loin leur bloquent la vue. 

Almono s'étend sur près de 17 hectares, mais Uber a demandé au conseil de l'aménagement urbain municipal la permission d'étendre sa ville par 1.200 mètres carrés.  Cette requête montre bien le rôle vital que joue le circuit dans, non seulement la préparation de l'entrée dans le monde réel des voitures autonomes, mais aussi sur l'entraînement des conducteurs derrière le volant devant se préparer aux imprévus. 

"Nous avons des obstacles et des mannequins qui circulent et peuvent traverser la rue devant une voiture. Nous avons aussi des véhicules accessoires qui cheminent les alentours," dit Rick McKahan, un conducteur de voitures dans une interview. "Nous simulons la plupart des situations de telle manière qu'elle sont pires que celles que vous verrez sur des routes publiques."

Les voitures autonomes Uber doivent parvenir à maîtriser le fameux rond-point avant de pouvoir circuler sur les routes publiques. Uber

Les voitures autonomes d'Uber ont pourtant connus certains contretemps. Par exemple, en décembre dernier, lorsqu'une voiture a grillé un feu rouge et a été prise en vidéo à San Francisco — l'entreprise avait plus tard déclarée que l'incident était dû à une "erreur humaine." En mars, un Uber autonome en Arizona s'est aussi retourné après qu'une voiture l'ait percuté, soulevant des questions sur comment les voitures autonomes font face à l'erreur humaine. 

Uber n'a été trouvé en faute dans aucuns de ces incidents, mais ces derniers expliquent pourquoi l'entreprise a encore besoin de conducteurs pour garder un oeil sur la route. 

Le programme qui entraîne les conducteurs est rigoureux. Il faut trois semaines pour le compléter et les apprentis doivent passer plusieurs évaluations écrites et tests routiers. Un représentant d'Uber a dit que l'entreprise a employé des "centaines" de conducteurs de sécurité, mais il n'ont pas souhaité fournir un chiffre spécifique. 

Les conducteurs automobiles s'entraînent d'abord sur le circuit d'essai d'Almono avant de contrôler les voitures dans le monde réel. Les voitures peuvent circuler dans le centre-ville de Pittsburgh, le Strip District, et les voisinages de Bloomfield, Shadyside, Southside, Oakland, et Squirrel Hill.

Comme les conducteurs automobile, les voitures Uber ne quittent pas Almono avant d'avoir passé certains tests, comme freiner lorsqu'un mannequin surgit devant la voiture. 

Uber n'est pas la seule entreprise à construire une ville factice pour entraîner ses voitures autonomes — Ford en possède une nommée MCity à Ann Arbor, dans le Michigan, celle-ci s'étend sur 12 hectares.

Uber a introduit ses voitures autonomes au public en septembre 2016, quand elle a commencé à permettre à ses utilisateurs de commander une course en Ford Fusions robotiques à Pittsburg. À l'époque, les compétiteurs comme Google n'avait pas encore révélé leur technologie, et pour beaucoup, cela a prouvé qu'Uber souhaitait sérieusement être un acteur dans la technologie des véhicules autonomes. 

Uber a depuis lancé des programmes en Arizona et en California. À San Francisco pourtant, les voitures sont uniquement utilisées pour dresser des cartes routières depuis que le California Department of Motor Vehicles a révoqué l'enregistrement de véhicules Uber après une dispute publique en décembre. 

L'avenir du programme de voitures autonomes d'Uber est pour l'instant encore incertain. Waymo, l'entreprise de voitures autonomes dérivée de Google, a attaqué Uber en justice, en l'accusant d'avoir volé sa propriété intellectuelle et des secrets de fabrication pour faire avancer son programme. Le procès devrait se tenir en décembre prochain. 

Alors que les deux géants de la tech s'affronteront en justice, les voitures d'Uber continueront de dévaler les rues dans sa ville factice du centre-ville de Pittsburgh, se préparant à un avenir de courses en voitures autonomes. 

Version originale : Danielle Muoio/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a désormais 39 entreprises qui testent des voitures autonomes sur les routes de Californie

VIDEO: Si la plupart des avions sont blancs, c'est pour une bonne raison — la voici