A l'occasion de son troisième sommet Elevate, qui se déroule actuellement à Washington DC, Uber vient de révéler pour la première fois l'intérieur de son taxi volant qui doit être en service en 2023 à Dallas et Los Angeles, donnant ainsi un aperçu aux futurs passagers d'Uber Air. La cabine réalisée avec Safran pourra accueillir quatre personnes. "Avec Safran Cabin, nous avons conçu pour la première fois dans l'histoire, une cabine d'avion sur mesure qui est vraiment axée pour le partage de vols en Uber Air", a déclaré John Badalamenti, responsable du design chez Uber Elevate, cité dans un communiqué.

"Au cours du processus avec Uber, nous avons eu six maquettes grandeur nature, avec de multiples itérations dans chacune d'elles, en examinant les sièges, les revêtements et le positionnement des fenêtres. Nous ne voulons pas d'excès de poids ou de coût, mais la mission exige également la sécurité, une expérience utilisateur confortable et une parfaite fluidité de toutes les interactions avec les utilisateurs. Alors, même si la cabine peut sembler minime, elle est construite spécialement pour la mission", explique Scott Savian, vice-président exécutif de ZEO chez Safran Cabin.

A lire aussi — Uber recrute un spécialiste français de l'IA pour son centre de recherche à Paris dédié au taxi volant

Uber insiste sur le fait que la cabine a été dessinée pour répondre au mieux à "l'expérience client". La cabine est modifiable selon le fuselage choisi. Le modèle de cabine développé avec Safran a d'ailleurs vocation à devenir lui-même une norme pour tout pilote d'un "véhicule volant à atterrissage et décollage vertical" — la définition de la voiture volante à ce jour. Uber Elevate envisage ainsi de commercialiser une telle technologie. Uber a également travaillé avec un studio spécialisé en réalité virtuelle pour imaginer l'intérieur et aussi faire comprendre à des possibles pilotes ce qu'ils verraient.

Uber dévoile les premières images de la cabine de son taxi volant

La cabine du taxi-volant d'Uber. Uber Air/Safran

Plateforme technologique, désirant devenir l'unique solution pour permettre aux gens de se déplacer avec des moyens de transport privés et publics, Uber imagine le transport aérien comme le futur du secteur pour désengorger les villes — en attendant que la réglementation le permette. Dans une interview accordée aux Echos il y a un an, Dara Khosrowshahi déclarait qu'il pensait qu'Uber Eelevate ne verra pas le jour avant 2025 à "des prix abordables". 

Auparavant, des tests seront menés à Dallas et Los Angeles, sans doute dès l'année prochaine, et Melbourne, annoncée hier par Uber.

Uber n'est pas le seul à travailler sur l'idée de faire circuler au-dessous de nos têtes des engins, malgré les nombreuses problématiques qu'elle posent : que ce soit en termes de législation — quel permis pour les piloter, autorisation du survol des villes? — de sécurité ou encore d'urbanisme — nécessité de construire des pistes de décollage et d'atterrissage. En 2018, Business Insider France avait dénombré 17 projets de voitures volantes.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber va proposer des trajets en hélicoptère à New York dès juillet