Uber Eats s'avoue vaincu en Inde et cède ses activités à un rival

Uber Eats abandonne le marché indien et cède ses activités. Europa Press News/Europa Press via Getty Images

Uber, qui a perdu 1 milliard de dollars au seul troisième trimestre de 2019, s'apprête à vendre son activité de livraison de repas Uber Etats en Inde à son rival Zomato, selon le site TechCrunch qui annonce des discussions avancées autour d'une prise de participations croisées. Valorisée à près de 400 millions de dollars, Uber Eats serait cédée à Zomato, et parallèlement, Uber investirait 150 à 200 millions de dollars dans l'entreprise indienne. C'est au moins la troisième fois en trois ans qu'Uber s'avoue vaincu sur un marché en Asie et doit se retirer. C'est que s'était passé avec son activité de VTC en Chine en 2016 avec Didi Chuxing, actionnaire de son concurrent Bolt, puis, en Asie du Sud-Est en 2018 vaincu par Grab. 

Cet accord est une demi-surprise. En août dernier, Dara Khosrowshahi avait indiqué que le marché sur place était très compétitif et reconnaissait qu'Uber Eats n'en était que le troisième acteur, deux ans après son lancement. Selon Statista, il y aurait 160 millions de clients pour des services de livraison de repas en ligne pour 7,7 millions de dollars de revenus. Or, Zomato n'est pour autant pas rentable non plus : l'entreprise perdrait encore 20 millions de dollars par mois pour son activité de livraison de repas selon TechCrunch. Mais Uber a toujours préféré se retirer d'un pays s'il n'était pas numéro 1 ou 2 de l'activité.

"Avec Uber Eats, nous allons être numéro 1 ou numéro 2 dans tous les pays où nous opérons dans les 18 prochains mois ou nous sortirons si ce n'est pas le cas", avait déclaré en novembre dernier Dara Khosrowshahi au New York Times." Uber Eats a pourtant rapporté 645 millions de dollars, soit un bond de 64% en un an, sur le troisième trimestre 2019.

A lire aussi — Uber Eats s'inspire d'Airbnb pour engranger d'autres revenus que la livraison à domicile

Mais ce n'est pas suffisant. Cet accord avec Zomato va en effet permettre à Uber de réduire quelque peu ses pertes au niveau mondial. Depuis son introduction en Bourse en mai dernier, Uber a été soumis à d'énormes pressions pour devenir rentable au cours des mois qui ont suivi. Toutes activités et pays compris, les pertes s'élevaient à un milliard de dollars sur le seul troisième trimestre. Les efforts de réduction des coûts sont notamment passés par la suppressions plus de 1000 postes en un an, avec trois vagues successives.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber va obliger ses chauffeurs en France à prendre un selfie pour empêcher la fraude

VIDEO: Cette astuce devrait vous permettre d'arrêter de vous goinfrer