Uber Eats va tester la vente à emporter en France — voici comment ça marche

Uber Eats va tester la vente à emporter en France  — voici comment ça marche

Après les Etats-Unis, Uber Eats expérimente la vente à emporter à Paris. Uber Eats

Uber Eats vous livre à domicile mais vous proposera désormais aussi de vous déplacer pour aller chercher votre commande. L'entreprise a choisi Paris pour lancer ce mardi 12 mars 2019 la vente à emporter à l'international, rapporte Les Echos. Le journal affirme que ce sera la première ville en Europe dans laquelle la plateforme offrira ce service. La vente à emporter a été lancée depuis le début d'année dans quelques villes américaines — Austin, Dallas, Phoenix et San Diego — et concernerait déjà 1000 restaurants. A Paris, ils seront 500 établissements, notamment des enseignes de restauration rapide — Little Apple, Père et Fish, Schwart'z, Bio Burger, La cantine Libanaise ou Panino Giusto, dans le centre commercial de La Défense, déjà partenaires d'Uber Eats.

Dans la pratique, le client final passera toujours par l'app Uber Eats pour obtenir son produit. Mais il ne sera pas livrer à domicile comme c'est aujourd'hui l'usage. Pour ce faire, la plateforme intègre un onglet "à emporter". Le client doit ensuite sélectionner le restaurant de son choix et choisir son plat. Après avoir cliqué sur "commander", le client sera averti directement pour savoir quand il pourra aller récupérer sa commande. L'avantage? Il pourra alors récupérer son café, burger ou panini sans patienter dans la file d'attente.

Voici une capture d'écran de l'interface Uber Eats avec l'option "à emporter".

Uber Eats

Les Echos indiquent qu'Uber Eats devrait supprimer les frais de 2,50 euros payés à ce jour par le client et le restaurateur pour couvrir les frais de livraison, et abaisser le montant de la commission payée par les commerçants sur chaque commande — 30% à ce jour.

"Nous souhaitons proposer aux clients de nouvelles façons de consommer en adéquation avec leur rythme de vie que ce soit pour commander un café ou un petit déjeuner sur le chemin du travail ou éviter de faire la queue pendant l'heure de pointe du déjeuner", explique Stéphane Ficaja, directeur d'Uber Eats pour la France, la Suisse et la Belgique.

Uber pense également offrir une opportunité de chiffre d'affaires aux établissements après avoir avoir constaté que "les plats à emporter et les repas en salle représentent toujours 80% des ventes globales de la restauration".

Interrogée par Business Insider France, l'entreprise Uber Eats a indiqué qu'il n'y avait pas de date de fin de la période de test, pour avoir "le plus de retours possibles côté client et de la part des restaurants qui vont tester la fonctionnalité afin d’optimiser l’option et ainsi réfléchir à étendre la fonctionnalité à d’autres restaurants et d'autres villes et pays". Il est ainsi question d'un lancement à Londres et aux Pays-Bas.

A lire aussi Vous pouvez désormais vous faire livrer des repas toute la nuit par Uber Eats à Paris — mais le choix sera limité

Uber Eats a été lancée il y a trois ans à Paris avant de s'étendre à 69 agglomérations françaises, avec plus de 10 000 restaurants partenaires. Le service serait valorisé 20 milliards de dollars, selon plusieurs banques. Rappelons qu'Uber a lancé sa procédure d'introduction en bourse sur une valorisation qui pourrait atteindre les 120 milliards de dollars. Et l'américain rêve toujours de livraisons par drones.

La compétition est sévère dans ce segment de la foodtech car l'activité de livraison de nourriture nécessite de dépenser beaucoup d'argent et la rend très difficile à rentabiliser, en atteste l'arrêt de Take Eat Easy et le départ de Foodora de l'Hexagone. Au niveau plus global, on pourrait d'ailleurs assister à une concentration du marché.

Des rumeurs de rachats de Deliveroo par Uber ont déjà vu le jour et le mois dernier, c'est Cat Rock Capital Management, actionnaire de Just Eat, qui a exhorté le spécialiste britannique de la livraison de repas à domicile à entamer des discussions en vue d'une fusion. Cat Rock, qui détient 1,7% des actions de Just Eat, souhaite qu'il fusionne avec un "homologue du secteur bien géré". En décembre, Cat Rock Capital Management avait estimé que l'action Just Eat était la moins performante de son secteur et avait invité le groupe à céder des activités.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber donne le revenu net gagné par ses chauffeurs en France — et on comprend mieux pourquoi on monte de moins en moins dans une voiture haut de gamme

VIDEO: Ce garçon de 13 ans invente un outil pour aider à traiter le cancer du pancréas et améliorer le taux de survie des patients

Contenu Sponsorisé

3 questions aux vainqueurs du concours d'innovation L’Oréal Brandstorm 2019

  1. Marc12

    Les urbains n'ont plus que quelques mois pour profiter de leur mode de vie ravageur pour la planète. C'est bientôt finit.

  2. Thank you, I've recently been searching for info about this subject for ages and
    yours is the best I have discovered till now.
    But, what in regards to the bottom line? Are you certain in regards to the supply?

Laisser un commentaire