Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Uber gagne plus avec les livraisons de repas qu'avec les courses en VTC pour la première fois

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Uber gagne plus avec les livraisons de repas qu'avec les courses en VTC pour la première fois
Un livreur Uber Eats à Manchester, en Angleterre. © Shopblocks/ Wikimedia Commons

C'est peut-être l'amorce d'un changement de modèle, contraint par la pandémie de coronavirus. Pour la première fois dans l'histoire d'Uber, les livraisons ont rapporté plus d'argent à la plateforme de réservations de VTC que les trajets avec chauffeurs au deuxième trimestre. La société californienne a fait état jeudi d'une perte nette de 1,8 milliard de dollars et de revenus en chute libre, pour la période d'avril à juin. Son chiffre d'affaires a perdu 29% en un an, à 2,2 milliards de dollars, à cause de l'effondrement de la demande pour des trajets en voiture, lié aux mesures de confinement et à l'annulation de la plupart des évènements et voyages.

Les recettes tirées de cette activité ont plongé de 67%, à 790 millions de dollars. Les livraisons à domicile, principalement des repas, sont ainsi devenues la nouvelle vache à lait du groupe, grâce à l'appétit des consommateurs qui ne vont plus au restaurant. Ce segment a doublé ses revenus, pour atteindre 1,2 milliard de dollars. On est encore loin du niveau pré-pandémie des trajets avec chauffeurs, mais "si les restrictions continuent ou sont de nouveau imposées, notre activité de livraisons va compenser", a assuré le patron Dara Khosrowshahi, lors d'une conférence téléphonique aux analystes.

En plus d'Uber Eats, l'entreprise a racheté début juillet l'application de livraison de repas Postmates pour 2,65 milliards de dollars, pour se muscler sur ce créneau avec un plus grand choix de restaurants et de marchands.

Pas rentable avant 2021

Elle explore aussi les livraisons de courses, un marché qui explose, avec sa nouvelle filiale Cornershop. "Les consommateurs se sont rapidement habitués à la magie de voir arriver n'importe quel produit à leur porte en une demi-heure, comme la magie de la voiture qui se présente devant chez eux en quelques minutes", a remarqué Dara Khosrowshahi. "Cela représente une opportunité bien plus importante que même nous n'avions imaginé".

En attendant, le marché a sanctionné le leader mondial de la réservation de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) : son titre a perdu jusqu'à 5% lors des échanges électroniques après-Bourse, avant de se stabiliser à -2,7%. Car la perte nette par action ajustée s'est établie à 1,02 dollar, plus conséquente encore que les 86 cents envisagés par les analystes.

Et surtout, Wall Street se demande quand Uber sera enfin rentable. Avant la pandémie, la société basée à San Francisco prévoyait d'atteindre son graal au dernier trimestre 2020. Au printemps, elle a indiqué que cet objectif serait retardé de plusieurs trimestres, à cause de la crise sanitaire. Dara Khosrowshahi table sur 2021, d'autant qu'Uber a licencié environ un quart de ses employés au printemps et arrêté ses opérations dans de nombreux pays pour faire des économies.

Quant à la date, tout va dépendre de la reprise, mais le patron s'est montré confiant dans la solidité du marché des VTC.

Bras de fer juridique sur son modèle économique et social

"Dans les villes qui rouvrent, les gens retournent au travail, c'est la réalité que nous observons", a-t-il affirmé. "Nous n'avons vu aucun signe pointant vers un impact durable pour l'activité." Il s'est félicité du rebond à Hong Kong ou en Nouvelle-Zélande, où "dans certains cas le nombre de courses est déjà supérieur au niveau pré-Covid". Mais les incertitudes restent nombreuses, notamment aux Etats-Unis, où les perspectives sont "plus floues que jamais", a-t-il noté.

C'est aussi chez lui, tout prêt de son siège social, qu'Uber fait face à l'un de ses défis les plus importants sur le long terme. L'entreprise est engagée dans un bras de fer juridique avec la Californie, qui l'a assigné en justice pour ne pas avoir donné à ses conducteurs dits "indépendants" le statut de salariés, comme la loi de cet Etat le prévoit depuis le début de l'année.

"La vaste majorité des chauffeurs et coursiers qui utilisent notre plateforme le font à mi-temps, ils apprécient la flexibilité", a de nouveau insisté le patron. Uber et son rival américain Lyft ont prévu d'organiser un vote populaire, comme l'autorise la loi californienne, afin de remplacer cette loi par des compromis de droits sociaux qu'ils ont présentés au gouverneur de l'Etat. "Nous avons déjà 75 000 conducteurs qui soutiennent notre campagne", a précisé le chef d'entreprise.

À lire aussi — Uber va s'emparer de l'appli de livraison de repas Postmates

Découvrir plus d'articles sur :