Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La grève contre Uber s'étend en Espagne — et les taxis pourraient finir par bloquer la frontière avec la France

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La grève contre Uber s'étend en Espagne — et les taxis pourraient finir par bloquer la frontière avec la France
© REUTERS/Albert Gea

La grogne contre les VTC s'intensifie en Espagne.

La grève lancée par les chauffeurs de taxis contre la concurrence des VTC à Barcelone, puis à la capitale Madrid, a gagné plusieurs autres villes du pays dont Valence, Saragosse, Bilbao ou encore Séville, avec comme résultat des embouteillages dans les rues principales, près des aéroports, gares et arrêts de bus.

Le gouvernement espagnol du Premier ministre Pedro Sanchez reçoit ce lundi 30 juillet 2018 les représentants du secteur, qui exigent une limitation des licences accordées aux VTC d'Uber et de Cabify notamment — une pour 30 licences de taxi — comme le prévoyait un règlement municipal de Barcelone suspendu par la justice après un recours du gouvernement espagnol.

Dans un communiqué repris par Reuters, le syndicat espagnol UGT a déclaré:

"Uber et Cabify mettent en péril la viabilité du secteur des taxis, ainsi que 130.000 emplois... Le syndicat estime que la compétition est intenable."

Si leurs revendications ne sont pas entendues par le gouvernement, les taxis espagnols envisagent de durcir le mouvement, en bloquant les ports, aéroports, voire la frontière avec la France, indique l'AFP.

Ce n'est pas le seul pays dans lequel le spécialiste des VTC américain doit faire face à des mouvements de contestation.

Demain, les taxis de Santiago au Chili vont manifester pour dénoncer une loi, qui serait selon eux, trop favorable aux VTC, rapporte RFI.

En Europe, la startup valorisée à 62 milliards de dollars — qui devrait faire son IPO en 2019 — est dans la ligne de mire des taxis londoniens, qui envisagent la possibilité de leur intenter un recours collectif. Ces derniers s'opposent au fait qu'Uber a récupéré sa licence après une bataille juridique de deux jours avec le régulateur de la capitale, Transport for London (TfL).

Découvrir plus d'articles sur :