L'ingénieure qui a dénoncé la culture de harcèlement sexuel chez Uber vient d'être recrutée par le New York Times

Susan Fowler

  • Susan Fowler Rigetti, la femme qui a dénoncé la culture sexiste d'Uber, a été embauchée par le New York Times.
  • Fowler Rigetti officiera comme éditorialiste tech du Times à San Francisco.
  • Elle s'est fait connaître en février 2017 avec une note de blog détaillant le harcèlement sexuel généralisé chez Uber.
  • Son billet a déclenché une série d'événements, dont une enquête d'envergure sur la culture d'Uber et une révolte d'investisseurs qui ont poussé le DG Travis Kalanick vers la porte.

Susan Fowler Rigetti, la femme qui a dénoncé la culture de harcèlement sexuel chez Uber, a un nouveau job: éditorialiste au New York Times.

Fowler Rigetti, qui travaillait jusqu'ici comme ingénieure dans la Silicon Valley, et plus récemment chez Stripe, sera éditorialiste chargée de la tech pour le Times et basée dans la région de San Francisco.

"En tant qu'éditorialiste tech, elle sera chargée de commander — et parfois d'écrire — des articles sur toutes les façons dont la technologie façonne notre culture, notre économie, nos relations, notre politique et notre jeu," a annoncé le Times dans un communiqué de presse sur le recrutement de Fowler Rigetti. "Elle apportera son courage unique, sa clarté d'esprit et sa détermination morale à nos pages dès septembre".

Fowler Rigetti s'est faite connaître pour la première fois en février 2017 lorsqu'elle a publié une note de blog intitulée "Réflexion sur une très, très, très étrange année chez Uber". Son article disait que les RH auraient détourné le regard lorsque des cadres draguaient des employés et n'auraient acheté des vestes en cuir qu'aux membres masculins de son équipe. 

Le blog a fait le buzz et a fondamentalement ébranlé l'entreprise, ce qui a finalement mené à une enquête sur la culture d'Uber qui a entraîné le licenciement de plus de 20 personnes, et un soulèvement des investisseurs qui a forcé Travis Kalanick à quitter son poste de DG.

Fowler Rigetti a ensuite déposé une requête auprès de la Cour suprême pour contester les clauses d'arbitrage forcé que les entreprises tech font régulièrement signer aux employés comme condition d'emploi. On dit aussi qu'elle a vendu les droits de film sur son temps passé chez Uber et qu'elle écrit un livre sur sa vie.

Version originale: Avery Hartmans/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Un chauffeur qui travaille pour Uber et pour Lyft aux Etats-Unis filmait des passagers pendant des mois sans leur consentement

VIDEO: Cette jeune femme de 24 ans est la plus jeune femme trader de la bourse de New York