Uber licencie plus de 300 employés pour la troisième fois cette année

Le PDG de Uber, Dara Khosrowshahi. Johannes Eisele/AFP/Getty Images

Uber a licencié environ 350 employés lors de sa troisième importante coupe budgétaire de l'année, a rapporté TechCrunch, lundi 14 octobre. Cette fois-ci, c'est le groupe d'innovations technologiques ATG (Advanced Technologies Group), qui travaille sur les voitures autonomes, qui est concerné au sein de la firme de VTC, selon une lettre envoyée par mail à l'ensemble de l'entreprise par Dara Khosrowshahi, le DG d'Uber, et publiée par TechCrunch. D'autres services subissent des "changements" : les équipes internationales en charge des courses et de la plateforme, Uber Eats, le pôle marketing et le pôle recrutement.

"Comme vous le savez, au cours des derniers mois, nos dirigeants ont examiné attentivement leurs équipes pour s'assurer que nos services sont optimisés pour réussir au cours des prochaines années", indique la lettre. "Cela s'est traduit par des changements difficiles mais nécessaires afin de nous assurer d'avoir les bonnes personnes aux bons postes et aux bons endroits, et d'assumer notre responsabilité de viser l'excellence.  Un représentant d'Uber a confirmé les licenciements et le mail de Dara Khosrowshahi. Au total, l'entreprise emploie environ 27 000 personnes dans le monde entier. 

Lors d'une discussion sur Blind, une application de chat anonyme, des employés d'Uber ont écrit qu'ils se sentaient trahis par cette dernière vague de licenciement. Des captures d'écran de cette conversation ont été partagées avec Business Insider US. "C'est scandaleux", a écrit une personne dans l'application. Pour participer à des discussions entre employés d'une même entreprise, le service de chat exige une adresse email professionnelle. "Il y a des employés du service marketing à qui l'on a dit 'vous faites partie de la solution' en juillet, et maintenant ils sont licenciés. Nos dirigeants nous ont menti droit dans les yeux sur nos emplois. Ce n'est PAS ça la bonne chose à faire."

Certes, d'autres commentaires expliquent que la nouvelle n'était pas complètement inattendue, et affirment qu'il était clair que "depuis le début, le service marketing n'était pas immunisé."

À lire aussi - Uber licencie plus de 400 employés pour la 2e fois cette année

En juillet, Uber a licencié 400 employés du marketing dans le monde entier. En s'adressant à Business Insider US, bon nombre de ces salariés avaient dit qu'ils se sentaient pris au dépourvu par les coupes budgétaires, et qu'ils avaient du mal à digérer la manière dont ils avaient été informés de leur licenciement. Cette première vague de licenciements, survenue environ trois mois après l'entrée en Bourse d'Uber, a été suivie peu après par 435 autres licenciements de responsables produits et d'ingénieurs en septembre.

Depuis son introduction en Bourse en mai dernier, Uber a été soumis à d'énormes pressions pour devenir rentable au cours des mois qui ont suivi. Les efforts de réduction des coûts, comme les suppressions d'emplois, ainsi que l'augmentation des tarifs pour les passagers, font partie de cette démarche, et les analystes de Wall Street ont salué les mesures prises jusqu'ici. L'action de la société a chuté de 24 % depuis son entrée en Bourse.

"Les journées comme celle d'aujourd'hui sont difficiles pour nous tous. L'équipe de direction et moi-même ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que nous n'ayons pas à revivre une journée comme celle-ci", a déclaré Dara Khosrowshahi dans le mail envoyé lundi.

"Nous avons tous un rôle à jouer pour établir une nouvelle norme dans notre façon de travailler : identifier et éliminer les doublons dans le travail, maintenir des taux de rendement élevés, faire des retours directs et agir lorsque les attentes ne sont pas remplies, et éliminer la bureaucratie qui s'insinue peu à peu à mesure que les entreprises se développent."

Version originale : Graham Rapier/Business Insider 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber a perdu 1 Md$ en seulement trois mois

VIDEO: On a visité une fabrique traditionnelle d'huile d'olive en Italie, où une roue géante en granite écrase 5000 kilos d'olives par jour