Uber creuse sa perte trimestrielle alors qu'il doit encore faire face à de nouveaux scandales

Le nouveau patron d'Uber, Dara Khosrowshahi, lorsqu'il était encore DG d'Expedia. YouTube/Expedia

Uber Technologies creuse sa perte trimestrielle, d'après une source proche du dossier, alors que le géant américain des services de VTC fait face à des problèmes juridiques et est sous la surveillance des autorités de régulation à travers le monde.

La perte du groupe de la Silicon Valley a atteint 1,46 milliard de dollars (1,23 milliard d'euros) au troisième trimestre, contre 1,06 milliard de dollars au trimestre précédent, a précisé la même source.

D'un trimestre à l'autre, le chiffre d'affaires net a en revanche progressé de 14% à deux milliards de dollars et les réservations brutes ont augmenté de 11,5% à 9,7 milliards de dollars, toujours selon la même source.

Uber n'étant pas coté n'est pas tenu de publier ses résultats financiers, mais au début de l'année la société a commencé à donner un aperçu de sa performance en divulguant certains chiffres.

Mardi, un consortium dirigé par le japonais SoftBank Group a proposé d'acheter des actions d'Uber sur la base d'une valorisation de la société de 48 milliards de dollars.

Selon le conglomérat japonais, certains des premiers actionnaires d'Uber, notamment un groupe d'investisseurs mené par Benchmark, qui détient 13% du capital du groupe américain représentant une valeur de 9 milliards de dollars, ainsi que Menlo, sont prêts à vendre.

Uber a été secoué par une série de scandales cette année et le groupe a reconnu la semaine dernière avoir dissimulé une importante cyberattaque survenue en octobre 2016, qui l'a amené à verser 100.000 dollars aux pirates en échange de leur silence.

Les résultats du troisième trimestre d'Uber ont été rapportés initialement par le Financial Times.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber a vendu pour 20 Mds$ de courses en 2016 mais accuse toujours des milliards de pertes

VIDEO: Voici les premiers petits boulots de grands businessmen