Uber pourrait céder son activité en Asie du Sud-Est pour améliorer ses comptes avant son introduction en Bourse

Dara Khosrowshahi, DG d'Uber. Drew Angerer/Getty Images

  • Uber envisagerait de céder son activité en Asie du Sud-Est à son rival Grab. 
  • Il est probable qu'il obtienne des parts dans Grab en échange.
  • Le DG d'Uber a dit la semaine dernière qu'opérer dans les marchés émergents était un "investissement facultatif" pour l'entreprise.

Uber se préparerait à vendre son activité d'Asie du Sud-Est à la plateforme de VTC rivale Grab, d'après CNBC. Uber obtiendrait une part "significative" de Grab dans le cadre de l'opération, affirme CNBC.

Bloomberg a écrit en 2017 qu'Uber luttait pour s'imposer en Asie du Sud-Est alors que Grab avait lancé un service de sécurité ainsi que des paiements par carte de crédit, deux choses qui manquaient à Uber. Uber, cependant, "pense qu'il pousse un modèle économique et une application conçus dans et pour des marchés plus riches", notait Bloomberg.

Ce ne serait pas la première fois qu'Uber cède l'une de ses activités internationales. En 2016, sa filiale chinoise avait fusionné avec le concurrent local, Didi. Didi a accepté d'investir 1 milliard de dollars (800 millions d'euros) dans Uber, sur une valorisation de 68 milliards de dollars (54 milliards d'euros), et les investisseurs d'Uber China ont fini par contrôler 20% de la nouvelle entité, valorisée 35 milliards de dollars (28 milliards d'euros). 

Cela pourrait être une nouvelle voie vers la rentabilité d'Uber

Le DG de Uber, Dara Khosrowshahi a dit la semaine dernière, durant la Goldman Sachs Technology and Internet Conference à San Francisco qu'Uber pourrait céder ses activités moins performantes, afin d'améliorer ses comptes avant son introduction en Bourse en 2019. 

"Pour le T4 où nous sommes actuellement, ce sont les marchés développés, la contribution de ces marchés développés, qui paient principalement les frais généraux de l'entreprise", a dit Khosrowshahi. 

"Maintenant, j'inclus deux choses. Et ces deux choses représentent beaucoup d'argent: l'une est le montant que nous investissons dans les marchés émergents, c'est une charge importante, mais c'est un investissement facultatif pour nous. D'ailleurs, nous pensons que c'est le cas, et cela va l'être pour un moment, oui? 

"Les grands paris, la conduite autonome, et cetera, augmentent aussi le négatif. Mais si vous vous dites simplement: 'oubliez tout ça, tout ce que je veux, c'est l'essentiel et je vais vendre ou arrêter d'investir dans tout ça', vous auriez une entreprise qui, sur un trimestre, serait à l'équilibre."  

Version originale: James Cook/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber réduit ses pertes au T4 2017

VIDEO: Le PDG d'une grande compagnie aérienne donne ses conseils de voyage