Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Uber pourrait vous demander de porter un masque pour monter dans ses voitures

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Uber pourrait vous demander de porter un masque pour monter dans ses voitures
Dara Khosrowshahi, DG d'Uber. L'entreprise a décidé d'obliger les chauffeurs et clients à porter des masques. © Bess Adler/Bloomberg via Getty Images

Aux gestes barrières et à la distanciation sociale, il faut désormais ajouter les masques pour limiter la propagation du coronavirus dans les pays touchés. Le secteur des transports est particulièrement concerné. En France, les masques en textile ou chirurgicaux vont devenir obligatoires dans les transports en commun en France, à partir du 11 mai et du déconfinement programmé. Des entreprises ont déjà pris les devants. A partir de ce lundi 4 mai, les passagers d'Eurostar doivent désormais porter des masques dans les gares et à bord des trains, "comme requis par les gouvernements français et belge", a indiqué la compagnie sur son site internet. De son côté, Uber pourrait suivre le même mouvement et vous obliger à revêtir cette protection quand vous monterez dans l'une de ses voitures, a appris CNN.

Cette obligation concernera notamment les Etats-Unis et d'autres pays. Business Insider France a sollicité Uber France pour savoir si l'Hexagone sera concerné. Cet article sera mis à jour quand nous disposerons d'une réponse. "Au fur et à mesure du début du déconfinement des pays, Uber se concentre sur la sécurité et procède avec prudence. Aujourd'hui, nous continuons à demander aux clients de rester chez eux s'ils le peuvent, tout en expédiant du matériel de sécurité aux conducteurs qui assurent les trajets essentiels. Dans le même temps, nos équipes se préparent à la prochaine phase de reprise, où nous aurons tous un rôle à jouer", a déclaré Andrew Hasbun, responsable des communications de sécurité chez Uber, à CNN.

A lire aussi — L'ingénieur en chef d'Uber quitte la société alors que le coronavirus met un coup d'arrêt à son activité de VTC

Le média américain précise par ailleurs qu'Uber travaillerait sur une technologie capable de détecter si les conducteurs portent des masques avant qu'ils ne se connectent à Internet et commencent à accepter des courses. L'entreprise vérifié déjà l'identité des chauffeurs grâce à la détection du visage avec "Real Time ID-check". En France, Uber avait indiqué le mois dernier que d'ici le 11 mai, 395 000 masques seraient distribués aux chauffeurs, 20 000 aux opérateurs JUMP et 225 000 aux livreurs, des parois de séparation au sein des véhicules seraient installées et des kits d’hygiène et nettoyage remboursés. Dès le début du confinement, Uber avait suspendu son service de partage de courses Uber Pool à Paris.

Uber a vu son activité VTC chuter d'environ 20% de son volume habituel, selon le DG Dara Khosrowshahi. Des données privées ont suggéré que la baisse pourrait être encore plus importante, à hauteur de 94%, a rapporté Business Insider US au début du mois. Un plan de licenciements de plus de 5000 salariés dans le monde pourrait être décidé.

Le 7 mai, Uber doit publier ses résultats financiers pour le premier trimestre, dont seules les dernières semaines ont été touchées par la pandémie. La société a retiré ses prévisions financières — y compris son estimation pour 2020 — le 16 avril. "Compte tenu de la nature évolutive de l'épidémie de Covid-19 et de l'incertitude qu'elle a causée pour toutes les industries dans toutes les régions du monde, il est impossible de prévoir avec précision l'impact de la pandémie sur nos futurs résultats financiers", avait déclaré Uber.

A lire : Casino livre des paniers déjà préparés avec Uber Eats dans 17 villes

Découvrir plus d'articles sur :