Uber va faire ses premiers pas en Bourse à un prix plus bas que prévu

Dara Khosrowshahi à New York, le 5 septembre 2018. REUTERS/Carlo Allegri/File Photo

Uber Technologies fera vendredi ses premiers pas à Wall Street à un prix vers le bas de sa fourchette indicative qui valorise l'entreprise 82,4 milliards de dollars (73,5 milliards d'euros), en espérant que cette prudence la préservera des turpitudes boursières de son concurrent Lyft, dont l'action a déjà perdu plus de 20% de sa valeur. Le prix fixé à 45 dollars par action, pratiquement à la limite inférieure de sa fourchette indicative de 44-50 dollars, permet au géant américain des véhicules de transport avec chauffeur (VTC) de lever 8,1 milliards de dollars à l'occasion de cette introduction en Bourse (IPO), la plus attendue aux Etats-Unis depuis celle de Facebook il y a sept ans.

L'IPO d'Uber intervient dans un contexte délicat de turbulences sur les marchés financiers provoquées par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, auxquelles s'ajoutent les mésaventures de Lyft dont le cours de Bourse a fondu de 23% depuis ses débuts fin mars. La valorisation d'Uber est inférieure de près d'un tiers aux 120 milliards de dollars que ses banquiers prédisaient l'an dernier. L'offre publique de vente a été sur-souscrite mais le groupe a opté pour un prix raisonnable afin de ne pas reproduire l'erreur de Lyft, qui a profité d'une forte demande pour faire monter les enchères mais a vite déchanté après des débuts en fanfare.

Même en bas de fourchette, certains considèrent que c'est encore trop cher. "Uber est fondamentalement Lyft 2.0. Un bon modèle, des ventes en croissance. Mais, encore une fois, il faut prendre en compte les mathématiques californiennes car il perd toujours beaucoup d'argent", a déclaré Brian Hamilton, entrepreneur en technologie et fondateur de la société de données Sageworks. "Si vous achetez, vous achetez un marché haussier, pas une entreprise."

Découvrez notre étude : Pourquoi UberRush a échoué et comment Uber peut s'imposer sur le marché de la livraison à domicile

Uber a perdu 3,03 milliards de dollars en 2018 et a annoncé une perte nette part du groupe d'environ un milliard de dollars au premier trimestre 2019, sur un chiffre d'affaires d'environ 3 milliards.

Lors de ses présentations devant les investisseurs ces deux dernières semaines, Dara Khosrowshahi, le directeur général d'Uber, a rappelé ce qu'il dit depuis près d'un an : le groupe avait vocation à devenir une plateforme technologique de transport et de logistique, bien au-delà de son activité actuelle de VTC. Uber espère que cette ambition affichée, couplée à la peur pour les investisseurs de manquer la plus importante IPO de 2019, lui assurera un bon parcours boursier.

Le groupe a aussi opté pour un prix raisonnable afin de contenter les fonds de placements communs, qui contrairement aux fonds spéculatifs ne placent que des ordres à prix modéré.

Les chefs de file de l'IPO, conduite par Morgan Stanley, Goldman Sachs et Bank of America Merrill Lynch, y trouvent aussi leur intérêt puisqu'un prix sage laisse espérer un accueil favorable en Bourse.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Tesla promet des courses moins chères qu'Uber avec ses taxis autonomes

VIDEO: Pourquoi les numéros de téléphone commencent toujours par 555 dans les séries et films américains