INFO BUSINESS INSIDER: Uber va lancer ses vélos électriques en France au début de l'année 2019

Uber a déjà acquis les vélos Jump aux Etats-Unis pour montrer la diversification vers laquelle il se dirige. Facebook/Jump Bikes

  • Uber proposera ses vélos électriques Jump en France en début d'année 2019, a appris Business Insider France auprès de plusieurs sources.
  • Son rival estonien Taxify (Txfy en France) a déjà lancé ses propres trottinettes électriques début septembre.
  • C'est la prochaine bataille du secteur des transports — celle du dernier kilomètre et plus largement de proposer aux habitants des grandes villes une unique plateforme multi-modale.

Et un de plus! Alors qu'au moins huit entreprises se disputent le marché des transports en libre-service à Paris — scooters, vélos, trottinettes électriques , un nouvel acteur arrive et pas des moindres: Uber.

La plateforme de VTC a décidé de proposer ses vélos Jump en France au début de l'année 2019, a appris Business Insider France de plusieurs sources. Il n'y a pas encore de date précise de lancement ni de nombre de vélos qui seront déployés. Son rival Taxify a de son côté déjà lancé ses propres trottinettes électriques début septembre.

Les représentants d'Uber ont rencontré à plusieurs reprises la Ville de Paris pour évoquer le sujet.

L'entreprise avait commencé à déployer son service de partage de vélos en Europe cet été — à Berlin et annoncé d'autres ouvertures, sans préciser de calendrier. Les vélos rouges de Jump avaient été acquis au printemps 2018. Ils sont directement disponibles dans l'appli Uber.

A la différence de ses prochains rivaux comme Ofo ou Mobike, Jump propose des vélos exclusivement électriques. Sur le marché parisien, Vélib propose une partie de sa flotte en électriques. Selon le dernier comptage en temps réel du site velib.nocle.fr, il y avait 839 vélib électriques et 5335 manuel ce 17 octobre 2018 à 16h45.

>>>> Découvrez l'univers Business Insider France sur Instagram <<<<

Uber a de fortes ambitions en dehors de l'activité qui l'a fait croître — la mise en relation entre chauffeurs de VTC et clients — pour devenir une plateforme technologique plus globale. Son DG a ainsi clairement décidé de se concentrer sur les vélos et trottinettes pour les courtes distances comme l'a confié Dara Khosrowshahi au Financial Times cet été

"Nous ne voulons pas nous limiter à la voiture. Nous voulons être une plateforme qui proposera des déplacements porte-à-porte, aux clients comme aux villes. Nous souhaitons aussi travailler avec les entreprises de transports publics, le métro, le bus, pour intégrer leur offre en temps réel dans l'appli Uber, acheter un ticket de transport avec son smartphone etc.", avait annoncé Dara Khosrowshai fin mai à Paris.

Mais Uber n'est pas le seul à avoir cette idée. C'est le cas de Taxify au niveau global et de la SNCF en France qui veulent proposer à leurs utilisateurs tous les services possibles pour faire du porte-à-porte.

Le jeu en vaut la chandelle: en tant qu'intermédiaire, elles récupéreraient des données et même des commissions sur le paiement si l'acte d'achat/de location reste dans sa propre application.

Uber a prévu d'être cotée en 2019. Des banques estiment que l'entreprise pourrait alors être valorisée 120 milliards de dollars.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Aston Martin se lance dans la course à la voiture volante — voici le projet du constructeur anglais pour concurrencer Airbus et Uber

J'ai quitté les réseaux sociaux pendant un mois — et c'est la meilleure décision que j'ai pu prendre