Uber va tester en Ile-de-France sa nouvelle application intégrant les transports en commun

L'option transports en commun en Ile-de-France dans l'application Uber. Uber

C'est le projet porté par Dara Khosrowshahi depuis 2 ans qui peu à peu prend forme. Le DG d'Uber a toujours affirmé que l'entreprise devait devenir une plateforme technologique plus globale et multi-modale sur les courtes distances. A l'occasion de sa première grande conférence de presse à San Francisco sur ses produits et sa technologie, Uber a annoncé ce jeudi 26 septembre le regroupement de tous ses services (VTC, livraison de nourriture, vélos électriques...) en un seul endroit. Pour l'instant, neuf pays, dont la France, sont concernés par cette nouvelle application qui permet de comparer les différents moyens de transports (voiture, vélo, trottinette, transport public, hélicoptère Uber à New York...) et trajets possibles, ainsi que les coûts de ces différentes options, en temps réel.

Concrètement, l'app Uber propose à ses utilisateurs aussi bien de réserver une voiture, un vélo électrique Jump ou d'opter pour les transports en commun, ainsi qu'une série d'améliorations de ses services, sans perspective concrète de profits dans un avenir proche. Les utilisateurs d'Uber en région Ile-de-France pourront ainsi planifier leur trajet en transport en commun avec des informations en temps réel directement intégrées. Le déploiement se fera progressivement et l'option sera également complétée prochainement avec le prix du trajet proposé. 

A lire aussi — Uber travaille sur un système ultrasons pour s'assurer que vous montiez dans la bonne voiture

1 million de courses en vélos et trottinettes à Paris avec Jump

Voici comment ça marche : après avoir entré leur destination dans l'application, les utilisateurs d'Uber se verront proposer une option "Transport en commun" aux côtés des autres options en VTC. Une fois sélectionnée, ils pourront voir les itinéraires de transport en commun disponibles, ainsi que les heures de départ et d’arrivée en temps réel, et recevoir des indications pour se rendre à pieds aux stations de bus, métro ou RER.  Citymapper fait déjà ça. Et ce n'est pas une première incursion d'Uber dans les transports en commun. La plateforme technologique a déjà mis en place cette option à Londres, Boston, Denver, Chicago et Sidney.

Parallèlement, Uber a annoncé que son service de vélos et trottinettes électriques Jump a franchit le seuil symbolique du million de courses parcourues après cinq mois à Paris. Jump dispose de 5 000 vélos en libre-service et 500 trottinettes au coeur de la capitale, et revendique 150 000 utilisateurs. Avec la nouvelle application, les vélos et trottinettes électriques disponibles à proximité de l'utilisateur seront affichés sur l'écran d’accueil principal de l'application.

A lire aussi — L'app de VTC Wheely arrive à Paris pour affronter Uber, Kapten et Bolt avec un service de luxe

Uber n'est pas la seule entreprise qui tente de devenir l'application indispensable pour vous déplacer en temps réel, en vous proposant en un clic toutes les options disponibles. La SNCF, Bolt ou Google ont aussi fait ce choix-là. Fin août, Vishal Dutta, product manager de Google Maps, a annoncé le lancement d'une nouvelle fonctionnalité pour vous permettre de combiner différents moyens de transport, de porte à porte. Jusque-là, voiture, transport public, VTC, covoiturage, vélo ou marche à pied étaient séparés. Désormais, Google pourra vous composer un itinéraire combinant les différents moyens pour se déplacer.

C'est la pertinence des algorithmes qui fera la différence entre une appli et une autre. Mais le jeu en vaut la chandelle : en tant qu'intermédiaire, une plateforme unique pourrait récupérer des données et même des commissions sur le paiement si l'acte d'achat/de location reste dans sa propre application.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber licencie plus de 400 employés pour la 2e fois cette année

VIDEO: Un drone a filmé les impressionnantes chutes des Sept Sœurs en Norvège — elles font 250 mètres de haut