Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Uber vient de perdre sa licence d'exploitation à Londres

Uber vient de perdre sa licence d'exploitation à Londres
© AP/Richard Drew

Uber a perdu ce lundi 25 novembre 2019 sa licence d'exploitation à Londres. Un coup dur étant donné que la capitale britannique est l'un des plus grands marchés mondiaux de l'application, avec quelque 3,5 millions d'utilisateurs. Le régulateur de la ville, Transport for London (TfL), déclare qu'il a identifié un "schéma de défaillances" du service qui met en danger la sécurité des passagers.

TfL indique avoir trouvé des conducteurs non autorisés utilisant les comptes de véritables conducteurs Uber approuvés et embarquant des passagers dans des véhicules qu'ils n'étaient pas autorisés à conduire. Le régulateur affirme que ces conducteurs non autorisés avaient effectué 14 000 trajets. Tous ces voyages étaient non-assurés et certains des conducteurs non autorisés n'avaient pas du tout de licence délivrée par l'organisme de réglementation. Dans un cas, un conducteur frauduleux s'était même vu retirer sa licence.

TfL a également constaté que des conducteurs qui avaient été suspendus de la plate-forme d'Uber étaient toujours en mesure de créer un compte et de recommencer à conduire. L'organisme a également identifié des cas où les conducteurs ne disposaient pas de la bonne assurance.

Le régulateur admet qu'Uber avait pris des mesures pour régler ces problèmes, mais ajoute : "c'est inquiétant que les systèmes d'Uber semblent avoir été relativement faciles à manipuler."

La directrice des licences de TfL, Helen Chapman, affirme dans un communiqué : "bien que nous reconnaissions qu'Uber a apporté des améliorations, il est inacceptable qu'Uber ait permis aux passagers de monter dans des VTC avec des conducteurs qui sont potentiellement non titulaires d'un permis et non assurés."

"C'est clairement préoccupant que ces questions aient été soulevées, mais c'est aussi préoccupant de ne pas pouvoir être sûrs que des problèmes similaires ne se reproduiront pas à l'avenir."

Uber n'arrêtera pas d'opérer à Londres immédiatement. L'entreprise dispose de 21 jours pour faire appel, et devra quitter la capitale britannique si elle perd cet appel.

Uber a déclaré que la décision de révoquer sa licence était "extraordinaire et mauvaise" et qu'elle ferait appel.

L'entreprise indique qu'elle a mis en place des contrôles rigoureux sur l'identification des conducteurs et qu'elle allait mettre en place un processus de reconnaissance faciale.

Uber a déjà perdu sa licence une fois auparavant

Le maire de Londres, Sadiq Khan, qui supervise l'organisme de réglementation des transports de la ville, appuie la décision de révoquer la licence d'Uber. "Je sais que cette décision est peut-être impopulaire auprès des utilisateurs d'Uber, mais leur sécurité est la préoccupation primordiale", déclare-t-il. "La réglementation est là pour assurer la sécurité des londoniens, et il est essentiel de se conformer pleinement aux normes strictes de TfL si les opérateurs privés de VTC veulent une licence pour opérer à Londres."

Ce n'est pas la première fois que les régulateurs londoniens sévissent contre Uber. L'application avait perdu sa licence d'exploitation à Londres en septembre 2017, mais avait obtenu une licence temporaire après avoir changé ses dirigeants britanniques et mis en place de nouvelles mesures de sécurité pour l'application.

Il semblerait que l'organisme de réglementation londonien force Uber à rester sur ses gardes — alors que des services concurrents comme le français Kapten et Bolt arrivent dans la ville.

Version originale : Shona Ghosh/Business Insider

Isobel Asher Hamilton et Adam Bienkov ont contribué à cet article.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :