Uber, Visa, Booking et Xavier Niel seraient partenaires de la prochaine cryptomonnaie de Facebook

Mark Zuckerberg. Getty

Il semble que Facebook ait réussi à persuader une série de poids lourds du secteur de la tech de s'impliquer dans son projet de blockchain. Le Wall Street Journal rapporte que le géant de la tech a fait appel à un certain nombre d'entreprises — dont Uber, MasterCard, Stripe, Visa et Booking.com — pour soutenir sa nouvelle cryptomonnaie. En France, Les Echos affirment que Xavier Niel, via sa société Iliad, propriétaire de Free, ferait également partie du tour de table. Depuis environ un an, une équipe de dizaines d'employés de Facebook travaille sur des applications pour la blockchain — cette technologie de stockage et de transmission d'informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle, qui supporte l'échange de cryptomonnaies comme le bitcoin — afin de déterminer comment Facebook pourrait l'utiliser.

Selon de nombreux articles, l'entreprise va créer sa propre monnaie numérique, et a l'intention de l'annoncer officiellement la semaine prochaine. Uber, Stripe et les autres investiraient chacun 10 millions de dollars pour soutenir une fondation indépendante chargée de la gestion de la nouvelle monnaie numérique, qui a été baptisée Projet Libra. Les sociétés citées dans l'article du Wall Street Journal n'ont pas immédiatement répondu à la demande de commentaires de la part de Business Insider US. Une enquête de The Information, publiée la semaine dernière, indique que Facebook espère recruter jusqu'à 100 partenaires pour avoir un noyau dur pour son réseau qui joueraient le rôle de "noeuds" — c'est-à-dire l'endroit où un message peut-être créé, reçu ou transmis — ce qui limitera le fait pour une seule organisation de contrôler la monnaie numérique, y compris pour Facebook.

Le projet de blockchain de Facebook est dirigé par David Marcus, qui était auparavant à la tête de Facebook Messenger. Le mouvement vers la crypto est considéré comme un élément clé du tournant de Facebook vers la protection de la vie privée, une refonte de fond en comble du réseau social qui, selon le PDG Mark Zuckerberg, résoudra un certain nombre de critiques concernant la vie privée et la désinformation sur Facebook.

Un porte-parole a refusé de commenter.

Version originale : Rob Price/ Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Bruno Le Maire reste prudent sur la création d'une crypto-monnaie d'Etat

VIDEO: Pourquoi le caviar coûte si cher