Uber a laissé entendre qu'il pourrait avoir de sérieux problèmes s'il ne s'imposait pas sur le marché des vélos et trottinettes électriques

Uber apprend qu'il peut avoir besoin de devenir l'Uber du partage de vélos et trottinettes électriques.

  • Depuis février, dans certains pays, les utilisateurs d'Uber ont la possibilité de réserver un vélo électrique avec l'application. Aujourd'hui, les vélos prennent une place considérable dans l'activité principale de VTC de l'Américain.
  • Un employé d'Uber a publié les premiers résultats d'une analyse montrant qu'il y a eu une baisse de 10% des réservations de trajets en voiture et SUV à San Francisco après l'introduction des vélos en libre-service par l'entreprise.
  • Les données suggèrent qu'Uber pourrait avoir de sérieux problèmes si le marché émergeant des trottinettes en libre-service parvient également un impact sur son activité de VTC.

Les startups de partage de trottinettes électriques sont dans la course pour devenir aussi importantes qu'Uber ou Lyft sur ce délirant et bien-financé marché du transport qui révolutionne les déplacements en Amérique.

En même temps, Uber comprend qu'il va peut-être falloir s'imposer sur le marché des trottinettes en libre-service, avant que des entreprises comme Bird, Lyft et Ofo ne cannibalisent le secteur VTC, son activité principale.

Jeudi 19 juillet, Santosh Rao, un chercheur en politiques chez Uber, a publié un billet sur Medium où il montre que les trajets Uber à San Francisco ont chuté de 10% après que l'entreprise se soit lancée dans le vélo en libre-service en février. En heures de pointe, les trajets Uber en voiture et SUV ont diminué de 15 %.

Mike Dudas, un entrepreneur qui était autrefois à la tête du développement des activités mobiles chez Venmo, PayPal et Google, a partagé le post Medium dans un tweet qui est devenu viral.

Selon Dudas, l'analyse montre que "l'activité principale d'Uber serait ruinée par les trottinettes dans les zones urbaines denses, s'il ne les possède pas", selon ses propres termes.

Bird et Lime — deux entreprises de trottinettes en libre-service que les investisseurs estiment qu'elles peuvent devenir l'Uber et Lyft des trottinettes en libre-service en raison de l'augmentation fulgurante de leur nombre d'utilisateurs — "semblent être des investissements et des entreprises de plus en plus brillants," a dit Dudas.

Jump, la startup à l'origine des vélos électriques rouges qui envahissent les rues de San Francisco, Chicago, Austin et Washington, DC, s'est associé à Uber en février pour permettre aux utilisateurs de réserver des vélos sur son application. Puis, Uber a acquis Jump pour près de 200 millions de dollars, ce qui l'a introduit dans ce marché alors que les consommateurs tentent de nouveaux modes de déplacement.

Selon le chercheur d'Uber, le nombre total de trajets réservés sur l'application a augmenté de 15% chez les "nouveaux utilisateurs de Jump" — les personnes qui ont fait en moyenne au moins un voyage par semaine (en voiture Uber ou en vélo Jump) après leur premier course — entre les mois de février et de juillet à San Francisco.

"La totalité de cette augmentation peut être attribuée à l'utilisation des eBikes," a écrit Rao.

Il a ajouté: "Pour résumer, les eBikes ont conquis les premiers adeptes, et certains trajets Uber, surtout en heure de pointe, ont été remplacés par des trajets Jump. Il s'agit là d'un signe précurseur prometteur de la capacité des vélos électriques à réduire les embouteillages et les déplacements en voiture. Le fait que la demande en vélos électriques est actuellement restreinte par l'offre limitée (il n'y a que 250 vélos Jump à San Francisco) rend cela d'autant plus prometteur".

Jump

Le post ne mentionne pas l'ascension fulgurante des trottinettes en libre-service, qui pourraient un jour réduire l'activité VTC d'Uber de la même manière que les vélos Jump. Les trottinettes sont encore plus pratiques que les vélos électriques pour des trajets encore plus courts, et sont une raison de plus de ne pas commander de voiture.

Peu après l'apparition des vélos Jump dans les rues et sur les trottoirs de San Francisco, les trottinettes électriques les ont envahis. Des centaines ont couvert la ville avant que les autorités locales ne décident d'accorder des autorisations à leurs opérateurs, entraînant une interdiction temporaire.

Douze sociétés, dont Bird, Lime, Uber (via Jump) et Lyft ont demandé des autorisation pour exploiter des trottinettes à San Francisco. On s'attend à ce que la ville délivre un maximum de cinq permis, en août, a rapporté TechCrunch jeudi.

Se joignant à la mêlée, Uber montre qu'elle refuse d'être dépassée par la concurrence.

Version originale: Melia Robinson/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La startup de trottinettes électriques Lime lève 335 M$ auprès d'Uber et Alphabet — et ce n'est pas fini

VIDÉO: Voici comment on crée des cris de dragon