Le prochain gros jeu d'Ubisoft ne sortira pas sur Steam mais sur la plateforme d'Epic Games — et ça montre que l'éditeur de 'Fortnite' change les règles

"Tom Clancy's The Division 2". Ubisoft

  • Ubisoft révèle que son jeu "Tom Clancy's The Division 2", qui sortira le 15 mars, ne sera pas disponible sur Steam mais sur Epic Games Store.
  • C'est la première fois qu'un jeu d'un grand éditeur sortira sur la plateforme de l'éditeur de "Fortnite", créée en décembre 2018.
  • En prélevant une commission moindre que Steam, l'Epic Games Store perturbe le quasi-monopole de la plateforme sur PC.

Ubisoft a choisi son camp dans la guerre que se livrent Steam et Epic Games sur le marché des plateformes de téléchargement de jeux vidéo sur PC.

Crée en 2003, Steam — propriété de Valve — est le leader incontournable des plateformes d'achat et de téléchargement de jeux vidéo sur PC. Son hégémonie est telle que la situation est qualifiée de quasi-monopole par ses critiques. Le principal reproche fait à la plateforme est la commission qu'elle prélève sur le prix de vente de chaque jeu, et qui peut atteindre 30% de celui-ci.

En décembre, Epic Games — l'éditeur de "Fortnite" — a lancé sa propre plateforme, Epic Games Store, qui propose d'acheter les jeux maison ainsi que des titres d'éditeurs tiers, avec un argument de taille: il ne prélève que 12% du prix de vente des jeux.

Ce mercredi 9 janvier, Ubisoft révèle que son jeu "Tom Clancy's The Division 2", qui sortira le 15 mars, ne sera disponible sur PC que sur Uplay — la plateforme maison — et Epic Games Store. Avec cette annonce, l'éditeur français devient le premier acteur majeur de l'industrie du jeux vidéo à rejoindre la plateforme d'Epic Games.

"Epic continue de bouleverser le paysage de l'industrie vidéoludique, comme en témoigne dernièrement leur modèle de distribution destiné aux tiers, et Ubisoft tient à les soutenir dans cette démarche", affirme dans un communiqué Chris Early, le vice-président d'Ubisoft en charge des partenariats.

D'autres gros éditeurs tournent déjà le dos à Steam. "Call of Duty: Black Ops 4", sorti en 2018 par Activision n'est par exemple disponible que sur Battle.net, la plateforme d'Activision Blizzard.

Pour faire face, Steam a changé sa politique tarifaire en décembre, rappelle Le Figaro. Il ne prélève plus que 25% des revenus pour les jeux dont les ventes dépassent 10 millions de dollars, et 20% pour les jeux au dessus de 50 millions.

Epic Games a une autre arme pour attirer les éditeurs. Il développe le moteur de jeu Unreal Engine, utilisé sur des jeux populaires tels que "Rocket League", "Street Fighter V", ou encore le futur jeu "Yoshi's Crafted World" de Nintendo. Epic Games facture son moteur aux éditeurs de ces jeux en prélevant 5% de leurs recettes.

Mais pour les éditeurs qui mettent leurs jeux sous Unreal Engine sur l'Epic Games Store, la plateforme ne leur prélèvera pas ces 5%. Les éditeurs pourraient alors récolter 23% de revenus en plus sur Epic Games Store par rapport à Steam.

Sur mobile aussi, Epic Games applique ses propres règles. Sorti sur Android en août 2018, "Fortnite" n'est pas disponible sur le Play Store, là-aussi pour éviter les commission prélevées par Google.

Epic Games vient par ailleurs d'annoncer que son Store arrivera sur Android courant 2019.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 10 jeux vidéos les plus populaires sur Steam en 2018

VIDEO: On a testé un cours d'art martial inspiré de Star Wars — vous êtes munis d'un sabre laser lumineux