Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un associé de l'avocat de Donald Trump aurait confié qu'une grâce présidentielle coûterait 2M$

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Rudy Giuliani conteste l'information du New York Times. © Jacquelyn Martin/AP Photos

Un associé de Rudy Giuliani, l'avocat personnel du président américain Donald Trump, a déclaré à un ancien officier de la CIA qui demandait une grâce présidentielle que cela lui "coûterait 2 millions de dollars", rapportait dimanche le New York Times. Cette révélation fait partie d'un gros dossier du quotidien qui décrit comment plusieurs personnes proches du président auraient collecté des sommes importantes en échange d'une grâce accordée par Donald Trump.

John Kiriakou, l'ancien agent de la CIA en question, a été condamné à 30 mois de prison en 2012 pour avoir révélé l'identité d'un collègue officier qui aurait eu recours au simulacre de noyade ou "waterboarding", une technique de torture. Il a déclaré au New York Times qu'il avait sollicité une grâce par l'intermédiaire d'autres personnes ayant des liens avec le président américain — afin de pouvoir porter une arme de poing et d'accéder à sa pension — mais le sujet a été abordé lors d'une réunion de beuverie sans rapport avec le sujet de la grâce, à laquelle participaient Rudy Giuliani et ses associés au Trump International Hotel à Washington, DC.

A lire aussi — Donald Trump est plus désespéré que jamais et les Américains devraient être 'à la fois enragés et terrifiés', selon sa nièce

Lorsque Giuliani est allé aux toilettes pendant la réunion, un de ses associés a dit que Rudy Giuliani pourrait aider, mais que "cela allait coûter deux millions de dollars — il va vouloir deux millions de dollars", raconte John Kiriakou au New York Times. Il n'aurait pas accepté l'offre. "J'ai ri. Deux millions de dollars — vous avez perdu la tête ?" poursuit l'ancien officier. "Même si j'avais deux millions de dollars, je ne les dépenserais pas pour récupérer une pension de 700 000 dollars."

Un ami de John Kiriakou a rapporté la rencontre au FBI, inquiet que Rudy Giuliani puisse vendre des grâces présidentielles, rapporte le New York Times. Mais Rudy Giuliani conteste le récit du quotidien : il a déclaré à la rédaction qu'il ne se souvenait pas de la rencontre et que travailler sur des dossiers de grâce tout en travaillant comme avocat du président constituerait un conflit d'intérêts. Le New York Times rapporte que plusieurs personnes ayant des liens avec Donald Trump, dont son ancien avocat John Dowd et son ancienne conseillère de campagne Karen Giorno, avaient accepté des dizaines de milliers de dollars de paiements de personnes demandant la grâce.

A lire aussi — Donald Trump voudrait qu'un aéroport porte son nom quand il quittera la Maison Blanche

Les présidents se lancent régulièrement dans une frénésie de grâces alors qu'ils se préparent à quitter leurs fonctions, mais Donald Trump, qui est rarement du genre à suivre les normes, s'est attiré des critiques pour avoir utilisé la grâce principalement pour récompenser ses alliés, ses collègues politiques républicains et des personnes proches de sa famille.

Donald Trump a gracié plusieurs personnes qui avaient été inculpées dans le cadre de l'enquête du conseiller spécial Robert Mueller sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016. Parmi ces personnes figure son ancien directeur de campagne, Paul Manafort, qui a été reconnu coupable de fraude fiscale et bancaire et purgeait une peine de sept ans et demi de prison.

Roger Stone, un associé de longue date de Donald Trump, qui a été condamné pour obstruction à la justice, falsification de témoins et mensonge aux enquêteurs dans le cadre de l'enquête du conseiller spécial, a également été gracié. Donald Trump a aussi gracié Charles Kushner, le père de son gendre Jared Kushner, qui a plaidé coupable à des accusations de falsification de témoins et d'évasion fiscale, et a purgé deux ans de prison. Il songerait en outre à gracier les membres de sa famille, Rudy Giuliani, et lui-même.

Version originale : Tim Levin/Business Insider US

A lire aussi — Une ancienne assistante de Donald Trump pense qu'il "traverse un épisode psychotique" suite à sa défaite

Découvrir plus d'articles sur :