Chris Hughes est un cofondateur de Facebook. S'il se définit toujours comme "un ami" de Mark Zuckerberg, il vient d'écrire que "le réseau social est devenu si gros et si puissant qu'il menace notre démocratie", dans une tribune ouverte dans le NewYork Times. Dans la foulée, Chris Hughes a également dit qu'il pensait que le réseau social était dangereux lors d'un entretien à NBC News et qu'il fallait le démanteler.  C'est une attaque violente contre le cofondateur et actuel PDG de l'entrepris, Mark Zuckerberg.

Pour lui, ce dernier a laissé la croissance de l'entreprise, l'objectif de capter l'attention des gens et les clics publicitaires prendre le pas sur la sécurité des utilisateurs. Chris Hughes reproche donc aux régulateurs américains et au gouvernement d'avoir laissé trop de pouvoir à Mark Zuckerberg. Et l'amende prévue par la FTC (Federal Trade Commission) de 5 milliards de dollars ne serait pas suffisante à ses yeux. "Nous sommes un pays qui a une tradition de contrôle des monopoles, aussi bien intentionnés que soient les dirigeants de ces entreprises. Le pouvoir de Mark est sans précédent et non-américain. Il est temps de démanteler Facebook."

Cette prise de position est troublante car elle vient d'une personne qui connaît certainement le mieux Facebook, le projet initial et son PDG. Mais elle est devenue de plus en plus commune.

Découvrez notre étude — La fin des applications : comment Apple, Facebook et Google se préparent à l'évolution des expériences mobiles — et ce que cela signifie pour les marques et les éditeurs de contenu

Depuis deux ans, les scandales se multiplient autour de la gestion de l'entreprise — les pratiques en matière de protection de la vie privée face aux fuites de données ; la lenteur de la réaction face l'influence russe, aux fake news et à la propagation de la violence — et le camp des personnes en faveur d'un démantèlement de Facebook grossit. La sénatrice Elizabeth Warren pense ainsi que l'entreprise pose de graves problèmes notamment de concurrence et milite pour que WhatsApp, Instagram et Facebook soient de nouveau séparées.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Mark Zuckerberg s'offre secrètement deux fabuleuses propriétés en Californie