Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un débris spatial a perforé le bras robotisé de l'ISS

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Un débris spatial a perforé le bras robotisé de l'ISS
Plus de peur de que de mal pour le bras robotisé de l'ISS. © NASA/Agence spatiale canadienne

"Chanceux dans sa malchance", c'est ainsi que l'Agence spatiale canadienne (ASC) a présenté l'incident : un débris spatial, trop petit pour être repéré, a perforé l'un des segments du bras robotisé Canadarm2 de la Station spatiale internationale (ISS). L'impact, "un trou d'environ 5 mm de diamètre", selon le communiqué publié par l'ASC, a été repéré le 12 mai lors d'une inspection de routine.

Les premiers résultats de l'enquête, menée en coopération avec la NASA, indiquent que le fonctionnement de ce bras articulé "n'est pas compromis". "Les dommages sont limités à une petite section de l'un des segments du bras et de sa couverture thermique." L'activité opérationnelle de Canadarm2 n'a pas dû être interrompue et les opérations "à court terme" devraient se poursuivre "comme prévu".

À lire aussi — Des millions de débris spatiaux s'accumulent en orbite, ils pourraient devenir dangereux

Une accumulation de débris problématique

L'accumulation des débris spatiaux, notamment en orbite basse, contribue à augmenter le risque de collisions. Celles-ci peuvent perturber le fonctionnement des nombreux satellites en orbite, brouiller les réseaux de communication, voire provoquer des réactions en chaîne ou encore provoquer des retombées terrestres. L'ISS a par exemple dû effectuer à plusieurs reprises des manœuvres d'évitement pour éviter de se retrouver sur la trajectoire d'objets spatiaux incontrôlés.

Seuls les plus gros débris spatiaux peuvent être suivis avec précision, afin d'éviter tout impact, alors que les objets plus petits, type peinture écaillée ou particules rocheuses, passent sous les radars et deviennent de fait dangereux. "Ainsi, un objet de 1 cm de diamètre aura la même énergie qu'une berline lancée à 130 k/h", explique le CNES. Même si toutes les précautions sont prises pour assurer la sécurité de l'ISS, "des impacts avec de petits objets se produisent régulièrement", précise l'Agence spatiale canadienne.

Le bras robotisé Canadarm2, d'une longueur de 17 mètres, a été mis en service en 2001, il a d'ailleurs largement contribué à l'assemblage de l'ISS. Décrit comme "un robot à tout faire" par l'ASC, il peut être commandé depuis l'ISS, mais aussi depuis le sol. Canadarm2 est utilisé pour les opérations de maintenance de la station, il peut également déplacer de l'équipement et des astronautes, mais aussi être déployé pour amarrer les vaisseaux-cargos à l'ISS.

À lire aussi — Voici les 5 projets qui permettraient d'attraper les millions de débris spatiaux en orbite autour de la Terre

Découvrir plus d'articles sur :