Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un drone filme pour la première fois l'intérieur du réacteur n°5 de Tchernobyl, voici la vidéo

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Pour la première fois depuis la plus grave catastrophe nucléaire de l'histoire, des images ont pu être enregistrées à l'intérieur du réacteur n°5 de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine. Ce réacteur était en fin de construction au moment de l'explosion du réacteur n°4, le 26 avril 1986. Le mystère persistait depuis quant à une éventuelle présence de déchets radioactifs dans l'enceinte. L'équipe de démantèlement de la centrale ukrainienne a ainsi fait appel à une entreprise suisse, Flyability, un fabricant de drones spécialisé dans les inspections d'espaces confinés. Son engin, l'Elios 2, est un des rares drones capables d'évoluer dans des espaces intérieurs hors de la vue du pilote.

Équipé d'une cage pour parer les collisions, le drone a pu pénétrer dans l'enceinte pour s'assurer qu'elle ne contenait pas d'uranium résiduel. C'est la première fois que l'Elios 2, utilisé en temps normal dans des centrales en fonction, opère sur un site de démantèlement nucléaire. L'accès aux zones à l'intérieur du réacteur, où les déchets nucléaires auraient pu se situer, est impossible pour l'homme car ses entrées se situent à plusieurs dizaines de mètres de hauteur.

"La mission à Tchernobyl était stressante, car le mur que nous devions survoler était haut de 70 mètres, et il n'y avait donc aucun moyen de récupérer le drone si le signal était perdu," explique Charles Rey, responsable de la formation chez Flyability et l'un des responsables de la mission sur le site du constructeur. "Mais la mission a été un succès, et les responsables de Tchernobyl ont été très heureux de la vidéo et des images que nous avons pu recueillir à l'intérieur du réacteur n°5". Des images qui ont permis aux équipes de démantèlement de s'assurer que les piscines de refroidissement étaient bien vides et qu'aucun déchet radioactif n'était présent à l'intérieur du réacteur.

À lire aussi — Les drones de plus de 800 grammes doivent dorénavant être équipés d'un signalement électronique

Découvrir plus d'articles sur :