Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un drone tueur a 'attaqué' une cible humaine sans en avoir reçu l'ordre, selon l'ONU

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Image d'illustration d'un drone en vol. © Getty Images

Un drone armé "mortel" a "chassé une cible humaine" sans avoir reçu l'ordre de le faire pour la première fois, selon un rapport de l'ONU révélé par le New Scientist. L'incident, datant de mars 2020, a vu un quadcoptère KARGU-2 attaquer un humain de manière autonome lors du conflit opposant les forces gouvernementales libyennes et une faction militaire dissidente, dirigée par le général Khalifa Haftar de l'Armée nationale libyenne, rapporte le Daily Star.

Le KARGU-2, de fabrication turque, un drone d'attaque mortel conçu pour les guerres asymétriques et les opérations antiterroristes, a pris pour cible l'un des soldats de Khalifa Haftar alors qu'il tentait de battre en retraite, selon le journal.

À lire aussi — La Russie développe des essaims de drones sous-marins

Le drone, qui peut être dirigé pour exploser à l'impact, fonctionnait dans un mode autonome "très efficace" qui ne nécessitait aucun contrôleur humain, d'après le New York Post.

Les systèmes d'armes autonomes mortels étaient programmés pour attaquer des cibles sans nécessiter de connexion de données entre l'opérateur et la munition : il s'agit en fait d'une véritable capacité de "tirer, oublier et trouver"", indique le rapport du groupe d'experts du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Libye.

À lire aussi — Drone solaire, missile anti-sous-marin... 5 innovations technologiques portées par l'armée indienne

C'est probablement la première fois que des drones attaquent des humains sans instructions à cet effet, confirme dans le rapport Zak Kellenborn, consultant en sécurité nationale spécialisé dans les systèmes sans pilote et les drones.

Ce dernier s'inquiète toutefois de l'avenir des drones autonomes. "Quelle est la fragilité du système de reconnaissance des objets ?", a-t-il déclaré. "À quelle fréquence identifie-t-il mal les cibles ? "

Jack Watling, chercheur sur la guerre terrestre au Royal United Services Institute (RUSI), a déclaré au New Scientist que cet incident démontre le besoin " urgent et important " de discuter de la réglementation potentielle des armes autonomes.

Human Rights Watch a demandé la fin des robots dits "tueurs" et fait campagne pour une "interdiction préventive du développement, de la production et de l'utilisation d'armes entièrement autonomes", selon un rapport de l'organisation caritative.

Version originale : Joshua Zitser/Insider

À lire aussi — iPhone : quel modèle acheter en 2021 selon votre budget

Découvrir plus d'articles sur :