Evan Spiegel, PDG de Snapchat. Kimberly White/Getty Images for Vanity Fair

Evan Spiegel, PDG de Snapchat. Kimberly White/Getty Images for Vanity Fair

Un ancien employé de Snapchat accuse l'entreprise d'avoir menti à ses investisseurs alors qu'elle prépare son processus d'introduction en bourse. 

Dans une plainte déposée en Californie mercredi 4 janvier 2017, un cadre en charge du développement de l'appli, Anthony Pompliano, a déclaré que l'entreprise "s'est présentée sous un faux jour", qu'il a été débauché de Facebook pour que l'entreprise puisse accéder à des informations confidentielles, puis été renvoyé pour de faux prétextes après avoir fait part de ses préoccupations. 

"Snapchat ne laissera rien perturber son introduction en bourse, y compris ses obligations de représenter des faits matériels avec précision", dit la plainte déposée par Anthony Pompliano. 

Snap Inc., la maison-mère de Snapchat, a démenti ces allégations, en rétorquant qu'elles ont été "entièrement inventées par un ancien employé mécontent."

Business Insider a eu écho de ce dossier via le Hollywood Reporter. 

Anthony Pompliano a rejoint Snapchat le 31 août 2015, selon les documents du dossier — et a été sèchement renvoyé trois semaines plus tard. 

Une grande partie des informations de la plainte déposée par Anthony Pompliano a été censurée, donc tous les détails ne sont pas encore connus. Nous ne savons pas par exemple sur quoi exactement Snapchat est accusée d'avoir menti à ses investisseurs. 

Nous savons en revanche qu'il a affirmé que Snapchat l'a débauché de Facebook pour voler les secrets industriels du plus grand réseau social. 

"La vraie raison pour laquelle Snapchat a débauché M. Pompliano de Facebook n'était pas pour monter une équipe de développement, mais dans le vil objectif d'obtenir des informations confidentielles et propriétaires", affirme le dossier. 

Anthony Pompliano a réclamé des dommages et intérêts de Snapchat ainsi qu'une injonction pour empêcher l'entreprise de déclarer qu'il a menti sur les raisons de son licenciement. 

Selon les documents de la cour, Snapchat dit qu'il l'a renvoyé car il était "incompétent" et "ne remplissait pas convenablement les fonctions de son poste". Anthony Pompliano dit que la vraie raison est qu'il a refusé de fournir des informations confidentielles sur Facebook et a émis des inquiétudes sur le fait que Snapchat se présentait sous un faux jour au "public, aux annonceurs et aux futurs employés potentiels, ou en lien avec son introduction en bourse programmée".

L'ancien salarié accuse Snapchat d'avoir sapé sa réputation et d'entraver ses efforts à retrouver un travail après son bref passage au sein de l'entreprise. "Après son licenciement, Snapchat a cherché à détruire sa carrière et sa réputation en lançant une campagne de diffamation contre M. Pompliano, en déformant les circonstances pour lesquelles il a été licencié", dit la plainte.

Interrogé par Business Insider, Snapchat n'a pas souhaité répondre et a démenti ces allégations dans d'autres médias. Un porte-parole a dit au Hollywood Reporter: "Nous avons examiné la plainte. Elle n'a pas de valeur. Elle a été inventée de toutes pièces par un ancien employé mécontent."

Version originale: Rob Price/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Snapchat met le paquet sur la mesure d'audience en France et en Europe

VIDEO: 6 choses étonnantes que l'amour fait à votre cerveau et votre corps