Thierry Petit (gauche) et David Dayan, cofondateurs et co-directeurs généraux de Showroom privé

Thierry Petit (à gauche) et David Dayan, cofondateurs et co-directeurs généraux de Showroomprivé. Showroom Privé.

L'e-commerce français est confronté à une crise de croissance. C'est l'avis de Thierry Petit, cofondateur de Showroomprivé.

Depuis son introduction en Bourse l'an dernier, les capacités d'investissement de son groupe ont été renforcées.

Des dossiers, Thierry Petit en voit donc passer tous les jours. Et principalement des sociétés françaises qui peinent à atteindre une taille critique.

"En regardant les dossiers, on se rend d'ailleurs compte que 60% de l'e-commerce français est en vente", confie-t-il au Journal du Net. Beaucoup d'investissements ont eu lieu en 2010-2011. Cinq ou six ans après, les fonds veulent sortir."

Or, le dirigeant estime que ces startups du secteur vont avoir les plus grandes difficultés à se faire racheter. La raison principale : les fonds sont entrés sur des valorisations hautes et ne veulent pas perdre leur mise.

Thierry Petit détaille son point de vue en prenant l'exemple des cibles de Showroomprivé.

"Nous ciblons des entreprises en bonne santé, en croissance et rentables ou près de le devenir. (...).  Il faut que l'équipe dirigeante veuille rester, qu'on perçoive un potentiel de synergies, et que le prix soit au maximum de notre multiple afin que nous ne perdions pas de valeur. Ce dernier point n'est pas simple, car souvent les fonds sont entrés sur des valorisations hautes."

Showroom Privé vient de réaliser l'acquisition du site italien de destockage Saldi Privati auprès du groupe de e-commerce Banzai. Montant du rachat : 28 millions d'euros.

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 442,8 millions d'euros en 2015, en progression de 27%.

Lire aussi : Un débat à l'Assemblée nationale expose une pratique douteuse sur la rémunération de certains collaborateurs

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Cette startup berlinoise va s'associer à Audi et Vodafone pour mettre la 4G sur la Lune dès 2019