Un fan de SpaceX a passé la nuit en prison après avoir photographié le prototype Starhopper d'Elon Musk

JB Wagoner affirme être un entrepreneur en herbe de l'espace et un "grand fan" de SpaceX. Derrière lui se trouve le prototype Starship Mark 1. JB Wagoner/Twitter

Les photographes passionnés se rapprocheront souvent le plus possible de leurs sujets pour réaliser la photo parfaite. Mais ce week-end, JB Wagoner — un Californien, propriétaire d'une voiture électrique Tesla, entrepreneur en herbe en technologie spatiale et "grand fan" de SpaceX — a été accusé de s'être trop approché de la muse de nombreux amateurs de vols spatiaux : Starhopper, une fusée sur le site de lancement privé de la société aérospatiale à Boca Chica, au Texas.

Quelques heures après avoir photographié l'engin en acier de six étages, JB Wagoner s'est retrouvé derrière les barreaux. "Je me suis fait arrêter, je suis emprisonné et j'ai passé la nuit avec sept autres types dans une cellule en béton de 12 sur 16, en dormant sur le sol", a déclaré JB Wagoner à Business Insider US.

Le sud du Texas est devenu la Mecque des fans de SpaceX

SpaceX a construit et lancé Starhopper plus tôt cette année dans son spaceport en évolution rapide à la pointe sud de l'Etat. Le véhicule, maintenant retiré et vidé, était un premier prototype crucial pour Starship, le système de fusée réutilisable de 39 étages prévu par SpaceX qui pourrait un jour transporter 100 personnes à la fois vers la surface de Mars.
Starhopper se trouve dans un site de lancement adjacent à une route publique et à une plage, ce qui en fait un aimant pour les flux de spectateurs curieux depuis son achèvement.

Elon Musk faisait le point sur sa fusée Mars, Starship, à Boca Chica, au Texas, samedi dernier. Callaghan O'Hare/Reuters

Elon Musk, le fondateur et directeur général (DG) de la société, a présenté une conférence très attendue sur Starship sur le site de Boca Chica samedi dernier. Lors de cet événement, il a également dévoilé le prototype du Starship Mark 1, une suite brillante de 16 étages de Starhopper, et partagé une nouvelle version de la vision de l'entreprise quant au peuplement de la planète rouge.

Comme d'autres passionnés de l'espace, JB Wagoner a voyagé de la Californie au Texas pour voir le prototype Mark 1 et, avec un peu de chance, voir la présentation d'Elon Musk. Incapable d'obtenir une invitation, cependant, il s'est contenté de regarder la conférence de loin, dans une résidence dans le village voisin de Boca Chica. JB Wagoner a pris la photo en première ligne devant le prototype Mark 1. Samedi a été un bonne journée pour lui. Dimanche, les ennuis ont commencé.

Clôtures abaissées, clôtures relevées ?

Le prototype de fusée Starhopper de SpaceX sur le site de lancement de la société dans le sud du Texas à Boca Chica. Loren Elliott/Getty Images

Comme beaucoup d'autres avant lui, JB Wagoner a dit qu'il voulait jeter un coup d'oeil à Starhopper, qui a effectué son lancement en août. Ainsi, après avoir garé sa voiture de location sur la plage voisine de Boca Chica Beach, une zone publique populaire parmi la population locale, JB Wagoner a marché sur quelques dunes de sable, s'est approché du site de lancement de SpaceX depuis son côté est, et s'est dirigé vers Starhopper, selon lui. Il a pris des photos rapprochées de la fusée vide, puis en a postées quelques-unes sur Facebook.

Quatre heures après avoir téléchargé ces images et alors qu'il se préparait à partir pour l'aéroport, JB Wagoner a reçu un appel surprise d'un sergent du bureau du shérif du comté de Cameron, a-t-il dit. JB Wagoner a précisé que le sergent lui avait dit au téléphone qu'il ne prendrait pas son vol — il devait se rendre pour être arrêté.

"Il m'a dit :'Ils disent que vous avez commis une violation de propriété et que nous devons porter des accusations d'intrusion contre vous'", a rapporté JB Wagoner à Business Insider US. Le shérif Omar Lucio, le chef des forces de l'ordre du comté, a déclaré mercredi à Business Insider US que SpaceX avait porté plainte et que son département poursuivait JB Wagoner.

"La raison en est simple", a dit Omar Lucio. SpaceX a "beaucoup d'équipement et de produits chimiques — c'est pour la sécurité du public". Il a ajouté : "Il peut leur être difficile de voir quelqu'un depuis leur vaisseau spatial et de prendre des photos. C'était troublant pour eux."

Starhopper — le premier prototype Starship de SpaceX — au-dessus de sa rampe de lancement lors d'un vol d'essai à Boca Chica le 27 août. Trevor Mahlmann/Reuters

Après l'appel, JB Wagoner s'est rapidement présenté pour un interrogatoire au bureau du shérif de Brownsville, la ville la plus proche, à environ 17 miles à l'ouest de Boca Chica. Des représentants du ministère de la Sécurité intérieure l'ont interrogé au sujet de l'incident, parce qu'il s'est produit dans un port spatial, a déclaré M. Wagoner, mais ils n'ont déposé aucune accusation fédérale.

Cependant, le sergent qui a appelé JB Wagoner et l'a interrogé a fini par l'arrêter parce qu'il était soupçonné d'intrusion criminelle, un délit de classe B au Texas. L'infraction est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à six mois de prison et une amende de 2 000 dollars, selon le code pénal du Texas.

Il m'a montré des photos d'un panneau "interdit d'intrusion" sur une clôture, et j'ai dit : "Je ne suis pas sur cette photo. Et je ne sais pas d'où ça vient", a déclaré JB Wagoner. "Et il m'a dit : 'Eh bien, c'est là, alors tu as dû la voir'. Et j'ai dit : 'Je n'étais pas là, et je ne l'ai pas vue.'" Lorsque Business Insider US a visité le site de lancement de SpaceX en avril, des clôtures avec des chaînes encerclaient l'ensemble de l'enceinte, avec des panneaux "intrusion non autorisée" attachés. Cependant, les photos de la zone prises samedi et dimanche obtenues par Business Insider US ont montré que la plupart des clôtures du côté est du site de lancement, et une grande partie du côté sud, avaient été détachées des poteaux de soutien, et reposaient dans le sable. Les photos de la même zone prises lundi (après l'arrestation de JB Wagoner) obtenues par Business Insider US montrent une clôture avec des chaînes rattachée aux poteaux.

JB Wagoner a dit à Business Insider US qu'il n'avait pas vu d'affiches "intrusion non autorisée" après avoir franchi les dunes dimanche, alors il s'est rendu à pied à l'aire d'atterrissage de Starhopper, a pris quelques photos rapprochées, puis est retourné à la plage publique. "Je n'ai jamais été approché par quelqu'un de la sécurité. J'ai vu des gens travailler au loin", dit-il. "A aucun moment personne n'a dit : 'Oh, tu n'es pas censé être là', ou ne m'a approché d'aucune façon."

A lire aussi —  SpaceX pourrait valoir 120 milliards de dollars si Elon Musk réussissait à lancer sa constellation Starlink

JB Wagoner a affirmé plus tard qu'un enfant aurait pu facilement faire ce qu'il a fait.
"Je ne pensais pas avoir fait quelque chose de mal. J'ai posté les photos sur Facebook. Si je pensais avoir fait quelque chose de mal, je ne les aurais pas affichées", a-t-il ajouté. Il a précisé avoir depuis supprimé le post d'origine pour éviter de causer plus d'ennuis.

Omar Lucio a dit qu'il avait compris que "la clôture était en cours de réparation et de remplacement" sur le site de lancement lorsque JB Wagoner a pris ses photos, mais il a ajouté que "ce n'est pas parce qu'un panneau est par terre qu'on peut y aller". Omar Lucio n'a pas pu confirmer immédiatement si l'officier qui a procédé à l'arrestation avait personnellement vu l'état des clôtures de SpaceX lorsqu'il a interrogé JB Wagoner dimanche dernier.

Après l'arrestation de JB Wagoner, un parent, qui a demandé à ne pas être nommé, a déposé une caution de 4 000 dollar pour le libérer. JB Wagoner a déclaré qu'il avait quitté un centre de détention lundi vers 15 h, après avoir passé environ 20 heures en détention. JB Wagoner a indiqué qu'il n'avait pas encore de date de comparution devant le tribunal et une représentante du procureur du district du comté de Cameron a dit qu'elle n'avait pas été en mesure de fournir les documents relatifs à l'arrestation de JB Wagoner.

JB Wagoner travaille sur les concepts de survie sur Mars, qu'il espère montrer à Elon Musk et aux équipes de SpaceX.

Illustration de l'équipe Mars Colony X d'un système de survie régénératif qui a remporté la première place au concours de design Mars City en 2018. Mars City Design ; Mars Colony X/J. Bohn Associates

JB Wagoner a dit qu'il voyait l'arrestation comme "une sorte de cauchemar" parce qu'il aide à développer des technologies qui, selon lui, pourraient être utiles à SpaceX dans sa quête pour conquérir Mars. En 2018, par exemple, JB Wagoner faisait partie de l'équipe Mars Colony X dans le cadre du concours Mars City Design. Lui et ses coéquipiers ont remporté la première place pour leur concept "Marschitecture" visant à maintenir les gens en vie sur la planète rouge.

Mars Colony X a remodelé son concept d'habitat pour accueillir la fusée Starship de SpaceX. JB Wagoner

"Mars Colony X propose d'utiliser une fusée SpaceX modifiée comme élément de base primaire recouvert d'un dôme de glace pour se protéger des radiations et de la poussière à la surface", indique une page Facebook du groupe. "Chaque bâtiment est un habitat autonome où les cultures sont cultivées dans des jardins aquaponiques verticaux le long de la surface intérieure du dôme. Les LED fournissent une lumière supplémentaire pour accélérer la croissance et la production d'oxygène. Les épurateurs de CO2 aux algues rafraîchissent l'air et fournissent des sous-produits utiles dans cette économie circulaire et durable."

Ces concepts et d'autres semblables sont connus sous le nom de soutien régénérateur de la vie, puisqu'ils peuvent ostensiblement transformer les déchets en nourriture, convertir le dioxyde de carbone en oxygène et purifier l'eau avec peu ou pas d'apport extérieur autre que l'énergie. Lorsqu'un journaliste de CBS News a interrogé Elon Musk samedi dernier au sujet de la nécessité d'un tel système pour SpaceX lors de missions sur les vaisseaux spatiaux, il a déclaré : "Pour sûr, nous aurions besoin d'un système de survie régénératif."

JB Wagoner a indiqué que l'équipe avait depuis lors affiné le concept pour accueillir le Starship et des serres séparées et qu'elle travaillait avec des responsables islandais dans l'espoir d'y construire une installation d'essai. "Notre idée serait de faire atterrir un vaisseau spatial en Islande et de construire un système analogique de Mars autour de ce vaisseau", a dit JB Wagoner.

"Je veux essayer d'être en bons termes avec SpaceX."

JB Wagoner devant un propulseur Falcon 9 devant le siège de SpaceX à Hawthorne, Californie. JB Wagoner

Dans le cadre de son voyage au Texas, JB Wagoner a voulu faire passer ses idées à Elon Musk, dans l'espoir de l'aider à atteindre les objectifs à long terme de SpaceX. Maintenant, il pense que son arrestation pourrait compromettre ses chances.

"Je veux essayer d'être en bons termes avec SpaceX. Je ne veux pas tout gâcher", a dit JB Wagoner, ajoutant que l'accusation criminelle le met maintenant "un peu dans l'embarras".
Mardi, il a demandé à Elon Musk dans un tweet de lui pardonner son "exubérance photographique".

"Je ne voulais aucunement nuire au projet", a dit JB Wagoner à Business Insider US. "Je n'ai que de l'admiration et mes meilleurs voeux pour Elon Musk et le travail qu'il fait avec SpaceX pour faire de nous une espèce multiplanétaire." JB Wagoner estime qu'il est innocent et il espère que les charges seront abandonnées. Il a dit qu'un fonctionnaire du DHS qui l'a interrogé a décrit l'une des photos que JB Wagoner a prises montrant la clôture grillagée comme une "défense ultime". Business Insider a laissé un message à l'équipe des relations médias du DHS, mais personne n'a répondu à temps pour la publication.

Omar Lucio a dit que si un propriétaire décide de ne plus porter plainte, "nous demanderons une déclaration écrite et signée et la remettrons au procureur". SpaceX n'a pas répondu aux multiples demandes de commentaires et d'informations envoyées par courriel à l'entreprise, effectuées par téléphone aux représentants et par message vocal aux employés pendant plusieurs jours.

Version originale : Business Insider / Dave Mosher

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Des anciens employés de Tesla racontent ce que c’est de travailler avec Elon Musk

VIDEO: Ce nouvel entraînement sportif sur l'eau se pratique sur un matelas flottant — voici une séance d'Aquaphysical