Un homme tétraplégique parvient à piloter un exosquelette par la pensée grâce à une équipe de chercheurs français

Juliette Treillet/ Fonds de dotation Clinatec

C'est une première mondiale. Et on la doit à des chercheurs français, plus précisément une équipe du laboratoire de recherche grenoblois Clinatec et du CHU de Grenoble, dirigée par les professeurs Alim-Louis Bendabid et Stéphan Chabardes. Thibault, un jeune homme de 28 ans tétraplégique, paralysé des épaules au bas du corps suite à une chute il y a quatre ans, a pu de nouveau bouger ses membres grâce à un exosquelette contrôlé par la pensée, expliquent les chercheurs dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet Neurology

Cette avancée a pu être réalisée grâce à deux dispositifs de 64 électrodes implantés de chaque côté de la tête du patient, afin de pouvoir recueillir les signaux cérébraux au niveau du cortex sensori-moteur. Et grâce à la mise au point d'un algorithme pour transformer ces signaux en "ordres" compréhensibles par un avatar et un exosquelette. Pendant des mois, entre juin 2017 et juillet 2019, le jeune lyonnais s'est entraîné chez lui sur un simulateur, parvenant à réaliser des mouvements avec un avatar sur un écran.

"J’ai dû réapprendre petit à petit. La plasticité cérébrale fait qu’on retrouve les ordres à envoyer pour obtenir les bons mouvements, de manière beaucoup plus souple, beaucoup plus naturelle", a expliqué Thibault au quotidien Le Progrès. Au-delà des mouvements virtuels, le jeune homme est parvenu à effectuer divers exercices directement avec l'exosquelette lors de plusieurs séances en laboratoire à Grenoble. Il a par exemple pu plier le coude, lever les épaules, ou encore avancer sur ses jambes tout en étant maintenu par un harnais fixé au plafond.

Piloter un fauteuil ou un bras robotisé dans un premier temps

Juliette Treillet/Fonds de dotation Clinatec

Si Thibault est encore loin de pouvoir utiliser cet exosquelette dans la vie de tous les jours, son cas est une "preuve de concept" encourageante. Ses mouvements ont montré qu'il était possible de capter correctement l'activité électrique du cerveau et de la communiquer presque en temps réel et sans fil vers un ordinateur. 

La marche indépendante avec un exosquelette, qui induit la maitrise d'un certain équilibre, reste difficile. Les résultats de ces recherches pourraient dans un premier temps aider au pilotage d'un fauteuil roulant ou d'un bras robotisé. D'autres équipes de chercheurs, américaines et suisse, ont déjà réussi à faire remarcher des patients grâce à des systèmes d'implantation d'électrodes, rappelle Le Figaro. Mais c'était chez des personnes moins lourdement atteintes, paralysées uniquement des jambes. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La cigarette électronique aurait eu le même effet qu'une exposition à des gaz toxiques sur les vapoteurs malades aux États-Unis

VIDEO: Voici comment s'entraîner à avoir une meilleure mémoire