Un iceberg grand comme 16 fois Paris se détache de l'Antarctique. Et oblige une station de recherche britannique à se délocaliser une nouvelle fois

Ce n'est pas la première fois qu'un iceberg se détache de l'Antarctique. Torsten Blackwood / Getty Images

Les scientifiques de la NASA sont en sueur. Deux énormes fissures sur la barrière de Brunt en Antarctique — sur le pourtour nord du continent, à environ 4820 km de la pointe la plus méridionale de l'Amérique du Sud — se dirigent l'une vers l'autre. Quand elles se rencontreront, elles libèreront probablement dans l'océan un iceberg environ 30 fois plus grand que l'île de Manhattan à New York, soit 16 fois Paris. La NASA a commencé à traquer l'une des fissures en octobre 2016 et l'a nommée à juste titre "la fissure d'Halloween". Ce gouffre se creuse vers l'est à partir d'une zone appelée "McDonald Ice Rumples" — un endroit sur la surface de la banquise où la glace n'est pas plate et présente des crevasses et des fissures.

Mais une seconde fissure, qui n'a pas encore de nom (elle a été surnommée "Chasm 1" par le British Antarctic Survey), est plus inquiétante. Cette fissure se situe au sud-est des "McDonald Ice Rumples" et a récemment commencé à accélérer vers le nord, ce qui pourrait provoquer une collision avec la fissure d'Halloween. Chasm 1 est stable depuis 35 ans mais a commencé à montrer des signes de mouvement en 2012. Elle progresse actuellement de 4 km par an, selon la NASA. Les deux fissures ne sont désormais séparées que de plusieurs kilomètres seulement. Lorsqu'elles convergeront, un iceberg d'environ 1700 km carrés pourrait se détacher de la banquise.

Deux fissures massives convergent vers les McDonald Ice Rumples. NASA

"Il est difficile de savoir quand cela arrivera exactement, mais ça arrivera", a déclaré à Earther Stef Lhermitte, un expert qui surveille de près la progression de Chasm 1. Lhermitte pense qu'une fois que Chasm 1 s'étendra de 4 km supplémentaires, l'iceberg pourrait se détacher. Cela pourrait se produire dans "les jours qui viennent, mais cela peut aussi prendre un an", a-t-il déclaré.

La NASA garde un œil sur l'évolution de la fissure en utilisant des images satellites. L'image ci-dessous compare une photo du 30 janvier 1986 avec une autre vue du même endroit sur la banquise plus de 20 ans plus tard. Alors que la banquise avance plus loin dans l'océan sur la photo de 2019, la croissance de Chasm 1 et de la fissure d'Halloween est évidente.

Des icebergs géants pourraient déstabiliser tout un plateau de glace

Ce n'est pas la première fois que l'Antarctique perd un iceberg géant et il n'y aura pas de record de taille. En 2017, un iceberg de la taille de l'Etat du Delaware s'était détaché du plateau de glace Larsen C du continent.

Lorsqu'un iceberg se sépare du continent et commence à fondre, il ne contribue pas nécessairement à l'élévation du niveau de la mer car cette glace flottait déjà sur l'océan. Pensez à un verre d'eau glacée — pendant que le verre se réchauffe, la glace à l'intérieur fond, mais le volume total n'augmente pas.

Comparaison de la barrière de Brunt entre 1986 et 2019 : deux fissures sont apparues du Sud vers le Nord et d'Ouest en Est. - NASA Earth Observatory/Joshua Stevens/Landsat Satellite/U.S. Geological Survey

C'est le cas de cet iceberg. Mais le risque est plus grand: une fois que cet iceberg de 1700 km carrés sera déconnecté du continent, il pourrait contribuer à la déstabilisation et à l'effondrement de la totalité de la barrière de Brunt.

Si toute la plateforme de glace s'effondre, tous les glaciers enclavés que la plateforme garde sous contrôle risquent de fondre dans l'océan. Et cette fusion pourrait contribuer de manière significative à l'élévation du niveau de la mer.

"L'avenir à court terme de la barrière de Brunt dépendra probablement du point de fusion des divisions existantes par rapport aux McDonald Ice Rumples", a déclaré Joe MacGregor, un glaciologue du Goddard Space Flight Center de la NASA, dans un communiqué de presse. "S'ils fusionnent à contre-courant (sud) des 'McDonald Ice Rumples', il est possible que la banquise soit déstabilisée".

Une station de recherche peut être en danger

Les scientifiques ont du mal à déterminer comment et pourquoi certaines fissures de la glace de l'Antarctique commencent soudainement à se développer, mais des recherches suggèrent que le réchauffement des océans accélère la fonte générale de l'Antarctique. Dans les années 1980, l'Antarctique perdait 40 milliards de tonnes de glace par an. Au cours des dix dernières années, ce nombre a grimpé à une moyenne de 252 milliards de tonnes par an.

L'instabilité de la région a déjà affecté les chercheurs britanniques qui travaillent à la Halley Research Station, où des experts étudient la météo spatiale et l'atmosphère changeante de la planète. En 2017, Chasm 1, en pleine expansion, a forcé les scientifiques à mettre fin prématurément à leurs recherches d'hiver à Halley et à fermer la station plus tôt que prévu.

La station de recherche Halley VI a été déplacée de 22 kilomètres à l'intérieur des terres après que les experts britanniques de l'Antarctic Survey se sont inquiétés de l'instabilité de la région. British Antarctic Survey

Depuis la création de la station en 1956, il y a eu six Halley. Halley VIa, l'itération actuelle de la station, s'est déplacée 22 km plus loin de son emplacement d'origine à l'ouest de Chasm 1, du côté intérieur de la fissure. Mais le British Antarctic Survey (BAS) a décidé de ne pas envoyer de personnel à Halley VIa en 2018 "pour des raisons de sécurité" en raison de la "situation glaciologique complexe et imprévisible" de la région.

Si les fissures déstabilisent encore plus la banquise, le BAS devra peut-être déplacer à nouveau sa station de recherche ou envisager d'abandonner Halley VIa.

"Nous assistons à la force et à l'imprévisibilité de la nature", a déclaré Jane Francis, directrice de BAS, dans un communiqué de presse.

Version originale: Aylin Woodward/Business Insider


Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le Groenland approche d'un seuil irréversible de fonte des glaces et les conséquences pour les villes côtières pourraient être désastreuses

VIDEO: Voici un nouveau robot japonais — une épouse virtuelle censée tenir compagnie aux célibataires du pays