Publicité

Un ingénieur nucléaire de l’US Navy arrêté pour avoir voulu vendre des informations à une puissance étrangère

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Un ingénieur nucléaire de l’US Navy arrêté pour avoir voulu vendre des informations à une puissance étrangère
Les secrets livrés par l'ingénieur et sa femme à son contact concernaient notamment la conception des derniers sous-marins d'attaque américains de classe Virginia. © U.S. Navy photo by John Narewski/Wikimedia Commons
Publicité

C'est une histoire rocambolesque, qui mêle tour à tour des secrets d'État, un sandwich au beurre de cacahuète et des dizaines de milliers de dollars en cryptomonnaies. Pendant près d'un an, il a cru qu'il vendait des informations confidentielles à une puissance étrangère alors que son client était en réalité… un agent du FBI infiltré. Jonathan Toebbe, un ingénieur nucléaire travaillant pour l'US Navy, a été arrêté avec sa femme samedi 9 octobre en Virginie-Occidentale. Tous deux ont été inculpés pour violation de la loi sur l'énergie atomique.

"La plainte porte sur un complot visant à transmettre à une nation étrangère des informations relatives à la conception de nos sous-marins nucléaires", a déclaré le procureur général des États-Unis Merrick Garland, dans un communiqué du département de la justice (DoJ) publié dimanche 10 octobre.

À lire aussi — Un sous-marin nucléaire d’attaque américain endommagé après une collision

D'une puissance étrangère — d'ailleurs non précisée — il n'en aura finalement jamais été question, mis à part dans l'esprit de cet ingénieur de 42 ans. Jonathan Toebbe travaillait depuis 2012 sur les questions de propulsion nucléaire au sein de la marine américaine, et bénéficiait à ce titre d'un accès à des données sensibles.

Il pouvait ainsi consulter "des informations concernant la propulsion nucléaire navale, notamment des informations relatives à des éléments de conception sensibles sur le plan militaire, aux paramètres de fonctionnement et aux caractéristiques de performance des réacteurs des navires de guerre à propulsion nucléaire", énumère le DoJ.

"Je crois que cette information sera d'une grande valeur pour votre nation"

L'affaire débute en avril 2020, lorsque l'ingénieur vivant à Annapolis (Maryland) poste un colis adressé au fameux gouvernement étranger contenant un échantillon de données sensibles ainsi que des instructions pour établir un contact via un canal crypté.

"Je m'excuse pour cette mauvaise traduction dans votre langue. Veuillez transmettre cette lettre à votre agence de renseignement militaire", indique-t-il dans sa missive. "Je crois que cette information sera d'une grande valeur pour votre nation. Il ne s'agit pas d'un canular."

Mais le pli n'a vraisemblablement jamais atteint sa destination, puisqu'il a été intercepté par le FBI.

Se sont alors engagés plusieurs mois de discussions entre Jonathan Toebbe et un agent infiltré de l'agence fédérale américaine, qui déboucheront sur un accord : l'ingénieur fera plusieurs livraisons d'informations sensibles contre des virements de plusieurs dizaines de milliers de dollars en cryptomonnaies.

À lire aussi — Un Américain expert en cryptomonnaie avoue avoir fourni des informations à la Corée du Nord

100 000 dollars en cryptomonnaies

Entre juin et août 2021, Jonathan Toebbe et sa femme, Diana, déposent à deux reprises des cartes SD dans des boîtes aux lettres mortes convenues à l'avance, dans l'État de Virginie. Dissimulées dans un sandwich au beurre de cacahuète puis dans un paquet de chewing-gum, elles sont ensuite analysées par le FBI à l'aide de clés de déchiffrement fournies par l'ingénieur, contre espèces sonnantes et trébuchantes. Au total, il recevra pas moins de 100 000 dollars (environ 86 400 euros) en cryptomonnaies.

L'analyse des données a en effet montré qu'il ne s'agissait pas d'un "canular". Les enquêteurs ont expliqué que ces cartes mémoires contenaient "les éléments de conception, les paramètres de fonctionnement et les caractéristiques de performance militairement sensibles des réacteurs des sous-marins de la classe Virginia." Soit relatifs à la dernière génération de sous-marins nucléaires d'attaque américains.

Le FBI a donc mis un terme à l'enquête, en arrêtant Jonathan et Diana Toebbe samedi 9 octobre, alors que ces derniers venaient de déposer une nouvelle carte SD dans un autre emplacement, en Virginie-Occidentale.

Le couple comparaîtra pour la première fois devant le tribunal fédéral de Martinsburg, dans ce même État, mardi 12 octobre.

À lire aussi — Voici pourquoi la guerre contre les espions russes va coûter à Vladimir Poutine des milliards d'euros

Découvrir plus d'articles sur :