Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un jeune de 17 ans a été arrêté en Floride pour le piratage massif de Twitter et l'escroquerie au bitcoin

Un jeune de 17 ans a été arrêté en Floride pour le piratage massif de Twitter et l'escroquerie au bitcoin
© Filip Radwanski/SOPA Images/LightRocket/Getty Images

Un jeune de 17 ans originaire de Tampa, en Floride, a été arrêté vendredi 31 août en lien avec le piratage massif de Twitter qui a eu lieu en juillet dernier, au cours duquel des dizaines de comptes très médiatisés ont été hackés dans le cadre d'une escroquerie au bitcoin. Le procureur de l'État de Hillsborough, Andrew Warren, a déposé 30 chefs d'accusation à l'encontre de Graham Clark, 17 ans, le décrivant comme le "cerveau" derrière le piratage. "Ces crimes ont été perpétrés en utilisant les noms de personnes célèbres et de stars, mais ils ne sont pas les premières victimes ici", a déclaré Andrew Warren dans un communiqué de presse.

"Ce 'Bit-Con' [jeu de mots entre 'bitcoin' et 'con', qui veut dire arnaque en anglais, n.d.t.] a été conçu pour voler l'argent des Américains ordinaires dans tout le pays, y compris ici en Floride. Cette fraude massive a été orchestrée ici même, devant notre porte, et nous ne tolérerons pas cela". Plus tard vendredi, le Département américain de la justice a déclaré dans un communiqué de presse qu'il avait arrêté deux autres personnes en lien avec le piratage : Mason Sheppard, 19 ans, qui vit au Royaume-Uni et se fait appeler "Chaewon", et Nima Fazeli, 22 ans, d'Orlando, en Floride, qui se fait appeler "Rolex".

Lors d'une conférence de presse, Andrew Warren a déclaré que Graham Clark ne faisait pas l'objet d'accusations fédérales à ce stade et que l'État se chargeait des poursuites parce que la loi de Floride permet une plus grande souplesse dans la poursuite des mineurs. La chaîne de télévision locale WFLA a rapporté en premier l'arrestation.

Le principal suspect inculpé de 30 chefs d'accusation

Graham Clark est inculpé des 30 chefs d'accusation suivants : un pour fraude organisée de plus de 50 000 dollars, 17 pour fraude aux communications de plus de 300 dollars, un chef d'accusation pour utilisation frauduleuse d'informations personnelles de plus de 100 000 dollars ou de 30 victimes ou plus, 10 pour utilisation frauduleuse d'informations personnelles et un chef d'accusation pour accès intentionnel à un ordinateur protégé.

Le Département américain de la justice a déclaré que Mason Sheppard a été accusé de "complot en vue de commettre une fraude électronique", "complot en vue de commettre un blanchiment d’argent" et "accès intentionnel à un ordinateur protégé", tandis que Nima Fazeli a été accusé de "complicité d'accès intentionnel à un ordinateur protégé".

Début juillet 2020, des pirates ont utilisé les outils de contrôle internes de Twitter pour hacker les comptes de personnes et d'entreprises importantes après que des employés de Twitter ont été trompés et leur ont donné accès aux outils, a déclaré l'entreprise. Graham Clark a convaincu un employé de Twitter qu'il était "un collègue du département informatique", selon un document juridique déposé vendredi.

Les comptes piratés ont alors tweeté qu'ils se sentaient "généreux" et qu'ils allaient verser une somme équivalente aux dons faits en bitcoin. Le Département américain de la justice a déclaré que cela avait généré plus de 400 transferts vers la plateforme d'échange de cryptomonnaie des escrocs, d'une valeur de plus de 100 000 dollars.

Selon les plaintes, parmi les victimes de ce piratage figurent l'ancien président américain Barack Obama, l'ancien vice-président américain Joe Biden, Bill Gates, Warren Buffett, Jeff Bezos, Elon Musk, Michael Bloomberg, Floyd Mayweather, Kanye West, Kim Kardashian West, Apple, Uber, et les plateformes d'échange de cryptomonnaie KuCoin, Coinbase, Gemini et Binance. Le Département américain de la justice a déclaré que plus de 100 comptes avaient été piratés.

"Pas un jeune de 17 ans ordinaire"

Andrew Warren a déclaré que Graham Clark n'était "pas un jeune de 17 ans ordinaire" et a qualifié le piratage d'"attaque hautement sophistiquée d'une ampleur jamais vue auparavant". Il a également déclaré que le piratage "aurait pu déstabiliser les marchés financiers" ou "miner la politique américaine".

La mère de Graham Clark a déclaré vendredi à NBC News qu'elle pense que son fils est innocent. "Je ne crois pas qu'il a fait ça. Je lui ai parlé tous les jours... Je suis dévastée", a-t-elle déclaré à NBC News.

Le Département américain de la justice a déclaré que "les services secrets, le bureau du procureur américain, le FBI, l'IRS [l'Internal Service Revenue, l'agence fédérale qui collecte l'impôt sur le revenu, n.d.t.], ainsi que nos partenaires des forces de l'ordre de l'État ainsi que locales et internationales" ont été impliqués dans l'enquête et les arrestations.

"Nous sommes reconnaissants pour la rapidité des actions des forces de l'ordre dans cette enquête et nous continuerons à coopérer au fur et à mesure de l'évolution de l'affaire. Pour notre part, nous nous efforçons d'être transparents et de fournir régulièrement des mises à jour", a déclaré Twitter dans un tweet vendredi.

Un représentant du bureau d'Andrew Warren a déclaré que Graham Clark ne s'était pas encore vu attribuer un avocat, selon leurs dossiers.

Version originale : Tyler Sonnemaker/Business Insider. Traduit de l'anglais par Albane Guichard.

À lire aussi — Microsoft veut racheter TikTok après que Trump a menacé d'interdire l'application aux États-Unis

Découvrir plus d'articles sur :