Un laser conçu pour l'armée américaine est capable d'identifier une personne à 200 mètres à l'aide de son rythme cardiaque

Extrait du film "Justice League". Le laser mis au point par le Pentagone ne permet pas d'échauffer une cible comme le ferait Superman, mais permet d'identifier un individu via son rythme cardiaque. Warner Bros

Les technologies de reconnaissance faciale, digitale ou encore vocale auraient-elles trouvé leur héritière ? L'armée américaine s'est dotée d'une nouvelle technologie — qui se présente comme un laser — permettant d'identifier une personne dans un périmètre de 200 mètres via son rythme cardiaque, rapporte la revue du MIT. La signature cardiaque d'un individu est unique, tout comme le sont ses empreintes digitales et son iris. Ce laser, baptisé "Jetson" et conçu pour le Pentagone, fonctionne à travers des vêtements classiques, mais pas une combinaison de ski ou d'astronaute. 

A l'heure actuelle, la technologie prend un peu de temps : 30 secondes. Un laps de temps dont l'armée américaine pourrait ne pas bénéficier sur le terrain. Autre désavantage, la personne analysée doit rester assise ou debout tout le long de l'identification. Interrogé par la MIT Review, Steward Remaly du Bureau de soutien technique pour la lutte contre le terrorisme du Pentagone a estimé que cette technologie pourrait toutefois être améliorée : "je ne vais pas dire que l'on peut le faire depuis l'espace, mais des distances plus longues devraient être possibles".

Hors du cadre militaire, le laser pourrait également être utile dans le secteur de la santé, puisqu'un médecin pourrait suivre à distance le rythme cardiaque de ses patients.

Un laser qui pourrait être plus efficace que la reconnaissance faciale

L'appareil repose sur la vibrométrie, qui permet de détecter les mouvements de surface provoqués par les battements du cœur. L'équipe de chercheurs a ensuite développé des algorithmes capables d'extraire la signature cardiaque en se basant sur les signaux laser. A terme, cette technologie pourrait être plus fiable que la reconnaissance faciale, qui peut être trompée par le fait de porter la barbe, des lunettes de soleil ou encore des bandeaux et qui nécessite une vue de face, difficile à obtenir par drone.

Ce que confirme au MIT Review Wenyao Xu, de l'université d'Etat de New York à Buffalo, qui a également développé de son côté un capteur cardiaque à distance qui ne fonctionne que sur un périmètre de 20 mètres : "par rapport aux données faciales, la biométrie cardiaque est plus stable et peut atteindre une précision de plus de 98%".

L'armée américaine a également recours à d'autres techniques de reconnaissance biométrique comme l'analyse de la démarche d'un individu afin de l'identifier.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'US Air Force s'équipe de THOR, une nouvelle arme anti-drone

VIDEO: Cette machine se sert de votre aspirateur pour faire des moules en 3D avec à peu près tous les objets