Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un leader de la livraison aux supermarchés a décidé d'augmenter ses tarifs... puis a renoncé


Gare routière à Boulogne-sur-Mer (62), en décembre 2019. © ANDBZ/ABACA

C'est ce qu'on appelle un rétro-pédalage. Le groupe STEF, leader européen du transport frigorifique, a annoncé lundi 24 mars dernier une mauvaise nouvelle : une grosse augmentation de ses tarifs. Dans un courrier, le transporteur précise à ses clients qu'une " majoration (...) de 8,5 % sur vos tarifs de base" serait appliquée "au titre d'une contribution exceptionnelle pour continuer à maintenir notre activité". Une hausse qui devait en plus être rétroactive à la date du premier jour de confinement, c'est-à-dire le mardi 17 mars 2020, selon le courrier cité par la Revue de l'Industrie Agroalimentaire.

STEF détaille les raisons de cette hausse, liée à l'épidémie due au coronavirus : "(..) le climat anxiogène actuel agit sur le comportement des consommateurs et se traduit par des variations d'activités de très forte amplitude". Le transporteur précise que "le contexte social et réglementaire commande des adaptations de conditions d’exploitation sans précédent : absentéisme, recours aux heures supplémentaires, réorganisation des flux, fourniture d’équipements de protection…".

'Nous avons entendu vos réactions ces dernières 24 heures'

Les réactions ne se sont pas faits attendre du côté des industriels qui ont dénoncé cette hausse unilatérale dans un contexte déjà très compliqué pour l'activité. La rétroactivité au premier jour de confinement est également beaucoup décriée. Autre sujet polémique, le courrier de STEF précise que "nous devons rester unis pour assurer la continuité des activités" : une demande qui passe mal auprès des clients qui se voient confrontés à la hausse des prix de 8,5 % dans une activité déjà fragile.

Dans un courrier rendu public mercredi 25 mars, le groupe STEF a donc décidé de revenir en arrière : "Nous avons entendu toutes vos réactions ces dernières 24 heures". Revenant sur ses relations avec ses clients de l'industrie agroalimentaire, le transporteur évoque "une histoire (...) écrite ensemble, au gré des crises, des aléas, des changements fondamentaux de notre société". Il confirme donc l'annulation de la hausse de ses tarifs : "c'est au nom de cette histoire commune et des relations qui nous lient que nous avons décidé de surseoir à cette mesure".

Le groupe évoque quand même dans ce deuxième courrier "(...) les surcoûts extrêmement lourds que nous supportons actuellement pour assurer un service identique à celui que vous connaissez habituellement". Le logisticien STEF, qui fêtait en 2019 ses cent ans d'existence, est le leader européen du transport frigorifique. Avec 3,4 milliards de chiffre d'affaires l'année dernière, le groupe a réalisé des résultats records avec plus de 100 millions d'euros de bénéfice net sur l'exercice. Nul doute que l'année 2020 risque d'être un peu plus compliquée pour le groupe.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :