Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un nouveau drone-kamikaze russe 'silencieux' bientôt mis en service

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Un nouveau drone-kamikaze russe 'silencieux' bientôt mis en service
Fabriqué par le groupe de défense russe Kalashnikov, le drone KYB peut transporter une charge explosive allant jusqu'à 3kg. © Zala Aero Group

Si des armées s'évertuent à trouver le meilleur moyen de se défendre face aux drones, d'autres travaillent à en développer de plus efficaces. Le 22 février, le groupe de défense Kalashnikov, sous contrôle gouvernemental russe, a ainsi annoncé que son nouveau drone-kamikaze achèverait sa période de test dans le courant de l'année.

Développé par Zala Aero, une filiale du groupe Kalashnikov, l'aéronef KYB est conçu pour se glisser à travers les défenses ennemies et s'écraser sur ses cibles avec une charge utile de 3 kg. Évoluant entre 80 et 130km/h avec une autonomie de 30 minutes, il peut attaquer des cibles dont les coordonnées ont été préenregistrées ou bien sur la base d'une simple image téléchargée dans le système. Cela voudrait dire que si les opérateurs renseignaient une image, par exemple d'un véhicule américain M-ATV, le drone-kamikaze rechercherait alors la présence d'un véhicule similaire sur le terrain.

À lire aussi — L'armée américaine teste une arme à micro-ondes pour contrer la menace des drones sur ses bases

Selon Rostec, maison-mère du groupe, le KYB — mesurant moins d'un mètre de long — est totalement "silencieux" et peut être lancé "depuis une couverture". "L'obus est livré à la cible quel que soit le terrain ou que la cible soit dissimulée ou non, tant à basse qu'à haute altitude. Il s'agit d'une arme extrêmement précise et efficace qui est très difficile à combattre par les systèmes de défense aérienne traditionnels", détaillait Sergey Chemezov, le PDG de Rostec, lors de la présentation du drone au salon IDEX d'Abu Dhabi, en 2019. Une discrétion que le drone doit notamment à son envergure de 1,20 mètre, relativement modeste.

Selon l'agence de presse russe Tass, citant des responsables de la firme, "des pays du Moyen-Orient" auraient d'ores et déjà fait part de leur intérêt pour ce nouveau-drone kamikaze.

À lire aussi — Les navires chinois sont toujours plus imposants et agressifs tandis que le Japon est à la traîne

Découvrir plus d'articles sur :