Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un radiotélescope détecte de mystérieux sursauts radio rapides venus de l'espace

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Un radiotélescope détecte de mystérieux sursauts radio rapides venus de l'espace
Le télescope CHIME est situé au sud-ouest du Canada. © CHIME

Détectés pour la première fois en 2007, les sursauts radio rapides (ou FRB — Fast Radio Burst) recèlent encore de nombreux mystères. D'origine inconnue et imprévisibles, ces flashs lumineux sont observés avec attention par un radiotélescope de nouvelle génération, afin d'en savoir davantage sur ces phénomènes venus aussi bien de zones éloignées de l'univers que de notre propre galaxie.

Le radiotélescope CHIME (Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment), basé au sud-ouest du Canada, a permis d'identifier 535 sursauts radio rapides en un an d'exploitation, venant ainsi compléter le catalogue — restreint — des 140 premiers repérés depuis 2007. "Pour apercevoir un sursaut radio rapide, il faut être extrêmement chanceux quant à l'endroit et au moment où l'on oriente sa parabole radio", explique le MIT dans un communiqué publié le 9 juin. Il faut également être rapide, car ces flashs "s'enflamment pendant quelques millisecondes avant de disparaître sans laisser de trace". Ils sont pourtant nombreux, environ 800 par jour dans l'ensemble du ciel, selon les estimations du MIT.

À lire aussi — Des scientifiques ont identifié un signal radio venu des confins de l'espace

Les étude scientifiques réalisées à l'aide de CHIME ont permis d'élaborer d'un "catalogue" de FRB du télescope, présenté au cours du congrès de l'American astronomical society. Il permettra d'élargir "considérablement" la bibliothèque actuelle sur les FRB et d'approfondir les connaissances sur leurs propriétés. La récente étude a ainsi permis de mettre en évidence deux sortes de sursauts radio rapides : ceux qui se répètent et les cas isolés. "Ces observations suggèrent fortement que les répétiteurs et les ponctuels proviennent de mécanismes et de sources astrophysiques distincts", explique le MIT. D'autres études à venir devraient permettre de déterminer les origines de ces signaux brillants.

À la différence de la plupart des radiotélescopes, qui pivotent pour concentrer la lumière provenant du ciel, CHIME est un réseau fixe et stationnaire, composé de quatre antennes radio cylindriques. L'exploitation du télescope pour détecter les FRB devrait par ailleurs permettre de réaliser une cartographie de la distribution du gaz dans l'Univers.

À lire aussi — Un radiotélescope génère une carte de plus de 25 000 trous noirs

Découvrir plus d'articles sur :