Un rapport du GIEC recommande de manger végétarien pour lutter contre le réchauffement climatique

Mercado de la Boqueria à Barcelone. Unsplash/ja_ma

Mise à jour du 8 août : Les fuites relayées par The Guardian n'étaient pas tout à fait exactes. Le GIEC dans son rapport, rendu public jeudi 8 août, préconise de réduire la consommation de viande, mais pas de l'arrêter complètement. Il s'agit seulement de l'une des pistes évoquées par les experts pour lutter contre le réchauffement climatique. Le GIEC travaille actuellement sur un rapport centré sur les océans et la cryosphère (banquises, glaciers, calottes polaires).

Depuis vendredi dernier, le Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat (GIEC) est réuni à Genève en vue de remettre un rapport spécial jeudi 8 août portant sur le changement climatique et l'utilisation des sols de notre planète. Une version préliminaire du rapport a fait l'objet d'une fuite, rapporte The Guardian, et ses premières conclusions ont été divulguées sur internet : les scientifiques du GIEC semblent s'accorder sur le fait que réduire les émissions de carbone des voitures, des usines et des centrales électriques ne devrait pas être suffisant. Ils recommanderaient donc une autre piste : changer nos habitudes alimentaires pour se tourner vers des régimes végétariens ou végétaliens.

Le rapport préliminaire qui a fuité indique que les humains exploitent aujourd'hui 72 % de la surface sans glace de la Terre pour se nourrir, se vêtir et soutenir la croissance de la population de notre planète. Parallèlement, l'agriculture, l'industrie forestière et d'autres utilisations de nos sols, produisent environ un quart des émissions de gaz à effet de serre. Il serait donc impossible de maintenir les températures mondiales à des niveaux sûrs sans faire évoluer la manière dont le monde produit de la nourriture et gère ses terres. 

Les bienfaits pour la planète d'un régime végétarien

Les experts du GIEC soulignent ainsi que la moitié des émissions de méthane, l'un des gaz à effet de serre les plus nocifs, proviendrait des bovins et des rizières. L'impact de l'agriculture intensive aurait également accéléré l'érosion des sols et réduit les quantités de matières organiques présentes dans les terres. Il deviendrait donc urgent de gérer de manière durable les terres afin de libérer moins de carbone qu'aujourd'hui. La consommation de viande devrait également être réduite pour diminuer la production de méthane et les actions pour lutter contre le gaspillage alimentaire priorisées.

A lire aussi —Voici les 15 pays d'Europe les plus accueillants pour les vegans et les végétariens

Parmi les mesures avancées, le rapport préliminaire propose donc un changement majeur : se tourner vers les régimes végétariens et végétaliens. "Se nourrir avec un régime alimentaire sain et durable, tels que ceux basés sur les céréales, les légumineuses et les légumes, les noix et le graines, offre des opportunités importantes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre", indique le pré-rapport. Combinée à une culture raisonnée des terres, la généralisation de ce mode d'alimentation au niveau mondial serait clé dans la bataille à venir contre les changements climatiques.

Une conférence fin 2020 pour lutter contre le réchauffement climatique

Organisme intergouvernemental créé en 1988 par l'ONU, le GIEC regroupe des experts scientifiques indépendants qui évaluent de manière objective les risques liés au réchauffement climatique. Le GIEC produit régulièrement des rapports qui dressent un état des lieux de la planète et listent des propositions pour lutter contre les changements climatiques. Les 195 pays qui le composent doivent se réunir fin 2020 lors d'une conférence pour déterminer comment lutter efficacement contre le réchauffement et décider des politiques à mettre en place au cours des années à venir. Ce sera juste après les élections présidentielles américaines qui devraient avoir un impact certain sur ce sommet. Les États-Unis restent en effet le deuxième pays émetteur de gaz à effet de serre et Donald Trump, le président actuel, semble peu concerné par ces problématiques.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Une ville suisse propose à ses habitants de payer pour compenser leurs émissions de CO2 quand ils voyagent

VIDEO: Se battre lors d'un match de hockey sur glace est autorisé aux Etats-Unis— voici pourquoi