Publicité

Un satellite chinois semble être entré en collision avec un morceau de fusée russe cette année

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Un satellite chinois semble être entré en collision avec un morceau de fusée russe cette année
Illustration d'une explosion de fusée dans l'espace. © ESA
Publicité

Un satellite chinois s'est mystérieusement brisé en mars, se dispersant en dizaines de morceaux. Maintenant, un astronome de Harvard a découvert ce qui s'est probablement passé : il pourrait être entré en collision avec un morceau d'une fusée russe. "Il semble que ce soit la première collision orbitale majeure confirmée en dix ans", a déclaré sur Twitter Jonathan McDowell, qui a repéré le crash probable dans un journal de données de l'US Space Force.

Les capteurs de la Space Force ont détecté à la mi-mars de nouveaux débris provenant de la désintégration du satellite chinois, appelé Yunhai 1-02. Yunhai 1-02 a été lancé en 2019, il était donc relativement récent et aurait dû être en assez bon état pour ne pas s'effondrer tout seul. Aucun verdict sur la cause n'a jamais été annoncé. Mais la Space Force a discrètement mis à jour son catalogue de débris spatiaux avec un nouvel indice samedi. L'objet 48078, un morceau d'une fusée russe Zenit-2 lancée en 1996, est désormais répertorié avec une note particulière : "est entré en collision avec un satellite".

À lire aussi — Selon Elon Musk, le vaisseau de SpaceX pourrait 'broyer' des débris spatiaux sur la route vers Mars

Jonathan McDowell a repéré cette nouvelle inscription et l'a partagée sur Twitter. Il a examiné les données orbitales et a constaté que le morceau de fusée russe et le satellite Yunhai sont passés à moins d'un kilomètre l'un de l'autre à l'heure et au jour exacts où Yunhai s'est brisé.

Cette distance se situe dans la marge d'erreur. Les deux objets auraient tourné autour de la Terre plus vite qu'une balle, de sorte que tout contact aurait entraîné une explosion de débris. Selon Jonathan McDowell, le crash a généré 37 débris connus, mais il a ajouté qu'il y a probablement plus de pièces non répertoriées.

Il ne semble pas que la collision ait été "catastrophique", a précisé Jonathan McDowell, car le satellite Yunhai a effectué plusieurs ajustements orbitaux depuis mars, ce qui indique que la Chine peut encore le contrôler. "C'est une affaire modérément importante", a-t-il déclaré à Insider. "Cela montre que ces petites collisions non catastrophiques deviennent possibles — nous en verrons de plus en plus".

À lire aussi — Un débris spatial a perforé le bras robotisé de l'ISS

130 millions de débris entourent la Terre

Illustration d'un champ de débris orbitaux, ou débris spatiaux, tournant autour de la Terre. NASA's Goddard Space Flight Center/JSC

La dernière fois que deux gros objets en orbite autour de la Terre se sont heurtés l'un à l'autre remonte à 2009, lorsqu'un ancien satellite militaire russe a percuté un satellite de communication Iridium en activité au-dessus de la Sibérie. Cette collision, ainsi qu'une autre survenue en 2007, a augmenté d'environ 70 % la quantité de gros débris en orbite terrestre basse.

Depuis, il y a eu plusieurs fausses alertes et des accidents évités de justesse. Un satellite soviétique mort et un corps de fusée chinois abandonné sont passés l'un à côté de l'autre dans l'espace en octobre, après que des modèles orbitaux ont suggéré qu'ils présentaient un "risque très élevé" de collision. En janvier 2020, un télescope spatial mort et un vieux satellite de l'armée de l'air américaine ont failli s'écraser au-dessus de Pittsburgh, en Pennsylvanie. Dans les deux incidents, personne n'a pu contrôler les satellites pour éviter la collision.

Près de 130 millions de débris spatiaux entourent déjà la Terre. Ils proviennent de satellites abandonnés, de vaisseaux spatiaux qui se sont brisés et d'autres missions. Ces débris voyagent à une vitesse environ dix fois supérieure à celle d'une balle, ce qui est suffisamment rapide pour infliger des dommages désastreux aux équipements vitaux, quelle que soit la taille des morceaux. Un tel impact pourrait tuer les astronautes à bord d'un vaisseau spatial.

Un impact de débris spatiaux sur le radiateur de la navette spatiale Endeavour, trouvé après l'une de ses missions. Le trou d'entrée fait environ 0,635 cm de large, et le trou de sortie est deux fois plus grand. NASA

Chaque fois que des objets en orbite entrent en collision, ils peuvent exploser en de nouveaux nuages de minuscules morceaux de débris à grande vitesse. En fait, le débris qui a heurté le satellite chinois pourrait s'être détaché de la fusée russe d'origine lors d'une collision antérieure.

"Tout cela est très inquiétant et constitue une raison supplémentaire pour laquelle vous voulez retirer ces gros objets de l'orbite", a déclaré Jonathan McDowell à Space.com, le premier média à rapporter sa découverte. "Ils peuvent générer ces autres débris qui sont plus petits".

Les experts s'attendent à d'autres quasi-collisions de ce type si personne ne retire de l'espace les satellites morts et les corps de vieilles fusées.

Version originale : Morgan McFall-Johnsen/Insider

À lire aussi — Des millions de débris spatiaux s'accumulent en orbite, ils pourraient devenir dangereux

Découvrir plus d'articles sur :