Un séjour prolongé dans l'espace ferait rétrécir le cœur humain, selon une étude

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Un séjour prolongé dans l'espace ferait rétrécir le cœur humain, selon une étude
Le capitaine Scott Kelly le 2 mars 2016, après un long voyage dans l'espace. © KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP via Getty Images

Le cœur humain rétrécit lorsqu'il est dans l'espace, et l'exercice ne peut pas enrayer cet effet, selon une étude qui a analysé un astronaute ayant passé près d'un an en orbite. Le capitaine Scott Kelly de la NASA a passé 340 jours dans la Station spatiale internationale (ISS) en 2015 et 2016 pour tester les effets sur le corps humain de longues périodes dans l'espace. Il avait 51 ans lorsqu'il est parti et a eu 52 ans en orbite.

Une analyse des résultats, publiée lundi dans la revue scientifique Circulation, a révélé que même un programme d'exercices lourds ne pouvait pas défendre le cœur contre les effets de la gravité réduite. Toutefois, son cœur est revenu à la normale après son retour sur terre, rapporte la BBC. Il est essentiel d'apprendre à contrecarrer les effets de l'espace sur les personnes pour développer les voyages spatiaux de longue durée, et les résultats montrent clairement l'ampleur du défi.

À lire aussi — Elon Musk, l'homme aux 188 milliards de dollars, veut vendre tous ses biens pour préparer son voyage sur Mars

Le cœur doit généralement pomper fort pour lutter contre l'effet de la gravité et faire circuler le sang dans le corps. Mais dans l'espace, en l'absence de gravité, le cœur pompe moins fort et devient de plus en plus faible, selon l'étude. Les scientifiques avaient espéré que l'exercice physique pourrait contrecarrer cet effet, mais les résultats de lundi ont contredit cette hypothèse.

Les scientifiques ont constaté que le cœur de Scott Kelly avait rétréci alors qu'il faisait du vélo, des courses sur tapis roulant et des exercices de résistance six jours par semaine. Les scientifiques ont également étudié un autre exemple extrême dans lequel le cœur était soumis à une gravité moindre.

Un obstacle aux voyages spatiaux de longue durée ?

Le Français Benoît Lecomte a tenté de traverser le Pacifique à la nage, du Japon à la Californie, avant de devoir annuler sa tentative en raison d'une météo orageuse et de pannes de matériel. Il a nagé en moyenne 5,8 heures et dormi environ 8 heures par jour, ce qui signifie qu'il a passé entre 9 et 17 heures à l'horizontale.

Là encore, le cœur a dû faire face à une gravité moindre, ce qui réduit la pression exercée par la gravité sur le cœur. Alors que Benoît Lecomte a fait des efforts physiques extrêmes, nageant pendant 159 jours sur plus de 2 735 kilomètres, son cœur a également rétréci.

Comme dans le cas de Scott Kelly, son cœur a ensuite retrouvé une taille normale. Les scientifiques qui ont analysé les résultats ont déclaré qu'il était "surprenant" que l'exercice ne contrecarre pas les effets de la faible gravité. Ces résultats pourraient constituer un obstacle aux voyages spatiaux de longue durée et les tentatives d'envoyer des personnes sur Mars.

La microgravité entraîne une foule de problèmes, comme la perte osseuse et musculaire. Une autre étude avait montré que la perte de gravité dans l'espace entraîne un déplacement du cerveau vers le haut, ce qui provoque des problèmes de coordination et une vision floue. Elon Musk a déclaré en décembre qu'il était "très confiant" sur la fait que Space X enverrait des humains sur Mars d'ici 2026.

Ce n'est pas la première fois que les scientifiques s'intéressent à Scott Kelly. Sa mission d'un an à bord de la station spatiale internationale était spécifiquement conçue pour tester les effets des longs vols spatiaux sur le corps humain.

Comme son vrai jumeau, Mark Kelly, aujourd'hui sénateur de l'Arizona, est resté sur Terre pendant son voyage spatial, les scientifiques ont pu comparer les caractéristiques biologiques des deux frères. Lorsque Scott Kelly est revenu sur Terre, il mesurait 5 cm de plus que son jumeau, 7 % de ses gènes étaient exprimés différemment et il hébergeait des bactéries intestinales différentes.

Version originale : Marianne Guenot/Insider

À lire aussi — Un milliardaire japonais offre 8 places pour voyager avec SpaceX autour de la Lune

Découvrir plus d'articles sur :