Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un temps orageux pourrait faire échouer le lancement de la fusée de SpaceX

Un temps orageux pourrait faire échouer le lancement de la fusée de SpaceX
Le vaisseau spatial Crew Dragon et la fusée Falcon 9 de SpaceX attendent leur lancement depuis Cap Canaveral, en Floride, au Centre spatial Kennedy de la NASA, le 23 mai 2020. © Ben Cooper pour SpaceX

SpaceX, qui travaille avec la Nasa, est sur le point d'entrer dans l'histoire des vols spatiaux — à condition que la météo coopère. La société privée de fusées, fondée par Elon Musk en 2002, espère lancer ses tout premiers passagers dans l'espace depuis le Centre spatial Kennedy à Cape Canaveral, en Floride. Ce vol d'essai, appelé Demo-2, est l'aboutissement d'un financement d'environ 3,1 milliards de dollars (2,84 milliards d'euros) de la Nasa par le biais du programme des équipages commerciaux de l'agence, qui vise à ressusciter la capacité de vol spatial humain que la Nasa a perdue en juillet 2011 lorsqu'elle a retiré sa flotte de navettes spatiales.

"Nous allons lancer des astronautes américains sur des fusées américaines depuis le sol américain", a déclaré Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, lors d'un briefing télévisé le 1er mai. "Nous allons le faire ici, en pleine pandémie de coronavirus, et c'est une mission de haute priorité pour les États-Unis d'Amérique." Dans le cadre de Demo-2, les astronautes de la Nasa Bob Behnken et Doug Hurley monteront à bord du nouveau vaisseau spatial Crew Dragon de SpaceX, se mettront en orbite au sommet d'une fusée Falcon 9, puis s'amarreront à la Station spatiale internationale (ISS), où ils pourront vivre jusqu'à 110 jours avant de retourner sur Terre.

Les astronautes de la NASA Douglas Hurley (à gauche) et Robert Behnken (à droite) participent à une répétition générale pour le lancement au Centre spatial Kennedy de l'agence, en Floride, le 23 mai 2020.  Kim Shiflett/NASA

Mais avant que la mission puisse décoller, SpaceX a dû franchir quelques derniers obstacles. Vendredi, la société a passé un examen critique de sécurité de la mission et effectué des derniers tests sur sa fusée. Et samedi, SpaceX a effectué une répétition générale du lancement. Lundi, SpaceX a passé un examen final de préparation au lancement avec la Nasa, qui a donné le feu vert à la mission Demo-2 à 16h33 (heure de la côte Est) mercredi, soit 22h32 en France.

"Maintenant, la seule chose que nous devons faire est de trouver comment contrôler la météo", a plaisanté Kathy Lueders, qui gère le programme des équipages commerciaux de la Nasa depuis 2013, lors d'un point presse téléphonique, lundi.

De mauvaises conditions météorologiques pourraient retarder le lancement historique de SpaceX

Lors du briefing de lundi, Mike McAleenan, un officier du 45e escadron météorologique de l'US Air Force, a assuré, amusé, que sa division est "dans le domaine de la vente de météo, pas dans la production". Des tempêtes ont frappé le Cap Canaveral pendant des jours, laissant tomber plus de 5 centimètres de pluie dans la région vendredi. "Nous sommes très heureux de ne pas lancer aujourd'hui", a déclaré Mike McAleenan.

Il a ajouté que les prévisions météorologiques de lundi matin étaient mauvaises, avec 60 % de risques de ne pas remplir les conditions de sécurité requises pour lancer Demo-2 — des éclairs, des vents forts en haute altitude, et la haute mer dans l'océan Atlantique, où des bateaux de secours seront stationnés au cas où Bob Behnken et Doug Hurley devraient être récupérés après le lancement.

Mais Mike McAleenan a déclaré que les prévisions semblaient s'améliorer tout au long de la journée, avec ce qu'il estime être, dès ce mardi matin, une probabilité de 40 % de ne pas lancer la mission mercredi. Si SpaceX ne peut pas décoller, à ce moment-là, les prochaines chances de le faire seront à 15h22 (heure de l'Est) samedi ou 15h (heure de l'Est) dimanche, a tweeté Emre Kelly de Florida Today lundi.

Le lancement est délicat, non seulement parce qu'il s'agit d'un vol d'essai avec des personnes à bord, mais aussi parce qu'il doit se faire lorsque la station spatiale survolera plus ou moins le site de lancement (pour que le vaisseau spatial puisse utiliser moins de carburant pour la rattraper). La fenêtre de lancement dure environ une seconde, donc si le moment est manqué, la tentative sera annulée.

La météo est également un sujet de préoccupation en cas d'échec. Le Crew Dragon sera projeté vers l'est, de l'autre côté de l'océan Atlantique, de sorte que les sites d'atterrissage d'urgence prévus doivent être suffisamment dégagés pour permettre de récupérer les astronautes après leur saut en parachute vers la Terre et leur immersion dans l'eau. "Au cas où quelque chose arriverait, vous voulez être sûr que la capsule Dragon puisse atterrir", expliquait Hans Koenigsmann, vice-président de la mission d'assurance de SpaceX, lors du briefing de lundi. "Donc les vagues ne doivent pas être trop fortes, et le vent ne doit pas être trop rapide."

Le vaisseau spatial Crew Dragon de SpaceX intégré à une fusée Falcon 9 dans un hangar du complexe de lancement 39A du Centre spatial Kennedy, le 20 mai 2020. SpaceX via Twitter

Demo-2 est également la mission la plus importante de SpaceX à ce jour car des vies humaines sont en jeu. SpaceX a réduit les risques en faisant voler sa fusée Falcon 9 des dizaines de fois auparavant. Elle a également basé la conception de son nouveau véhicule Crew Dragon — également appelé Dragon 2 — sur son ancien vaisseau Cargo Dragon, appelé Dragon 1, qui a atteint l'ISS avec succès à 20 reprises. Pourtant, Crew Dragon n'a volé en orbite qu'une seule fois, lors d'une mission appelée Demo-1 en mars 2019, et a effectué un test d'abandon sous forte contrainte en janvier 2020.

Elon Musk a déclaré à Aviation Week que, bien que la menace soit faible, sa "plus grande préoccupation" concernant le nouveau vaisseau spatial est la conception asymétrique de la capsule, qui est commandée par son système d'évacuation d'urgence. En chutant vers la Terre à 25 fois la vitesse du son, le bouclier thermique de la capsule va dévier et absorber l'énergie du plasma surchauffé — mais les forces de rentrée atmosphérique auraient une faible chance de causer des problèmes potentiellement catastrophiques, considère Elon Musk.

"Si vous tournez trop, alors vous pourriez potentiellement attraper le plasma dans les capsules d'échappement de Super Draco", explique-t-il, et cela pourrait surchauffer des parties du vaisseau ou lui faire perdre le contrôle (en vacillant). "Nous avons examiné cette possibilité de six façons différentes jusqu'à dimanche, donc ce n'est pas que je pense que cela va échouer. C'est juste que je m'inquiète un peu du fait que c'est asymétrique sur la coque arrière."

Une illustration du vaisseau spatial Crew Dragon de SpaceX qui revient sur Terre avec un feu de plasma devant son bouclier thermique.  SpaceX via YouTube

Lorsqu'on lui a demandé ce qui l'empêchait de dormir la nuit, Hans Koenigsmann a cité les parachutes du Crew Dragon comme l'une de ses préoccupations, car leur emballage ne peut pas être testé avant leur déploiement, et les quelque 200 valves de la fusée Falcon 9 qui doivent fonctionner de concert. Mais il a finalement indiqué qu'il était satisfait des années de travail qui ont été nécessaires pour rendre le Crew Dragon sûr à voler. "J'en suis au point où je suis inquiet pour le temps qu'il fait, et c'est bon signe", a-t-il déclaré à Business Insider US.

Kathy Lueders a déclaré lundi qu'elle avait été émue par la répétition générale de samedi, au cours de laquelle les astronautes ont enfilé leur combinaison spatiale, conduit une voiture électrique Tesla jusqu'à l'aire de lancement et monté à bord du vaisseau spatial : "Je ne peux pas vous dire à quel point j'ai été émue de voir Bob et Doug monter dans des véhicules, et rouler jusqu'à l'aire de lancement, et de réaliser que la prochaine fois, ce sera au moment où nous préparerons le véritable lancement."

Version originale : Dave Mosher/ Business Insider

A lire aussi — Les astronautes de la mission spatiale de SpaceX auraient une chance sur 276 de succomber lors du vol prévu mercredi 27 mai

Découvrir plus d'articles sur :