Jeff Bezos, fondateur d'Amazon. Steve Jurvetson/Flickr

Jeff Bezos, fondateur d'Amazon. Steve Jurvetson/Flickr

Amazon Payments, le service de paiement du groupe d'e-commerce, concurrent de PayPal, Apple Pay et Google Wallet, dispose déjà d'une part de marché conséquente et pourrait même être son activité que l'on sous-estime le plus, selon le directeur de la banque RBC Capital, Mark Mahaney.

A l'occasion de la conférence Business Insider Ignition, Mark Mahaney a déclaré qu'Amazon Payments avait le potentiel de "disrupter" le secteur du paiement et peut-être même de devenir le prochain gros contributeur de chiffre d'affaires de l'entreprise.

"Je pense que la capacité d'Amazon à disrupter les paiements est largement sous-estimée", a-t-il observé.

Mark Mahaney s'appuie sur des données de ChannelAdvisor, un fournisseur de solutions logicielles en e-commerce, qui publie des données trimestrielles sur le marché. Comme le montre son graphique ci-dessous, 15% du marché cite Amazon Payments comme solution préférée après les cartes de crédit, juste derrière PayPal, et loin devant les produits concurrents proposés par Apple et Google.

 

RBC Capital

RBC Capital

Amazon Payments permet aux clients de payer à travers leur compte Amazon en faisant du shopping sur d'autres sites marchands, évitant ainsi de sortir sa carte bancaire et de renseigner son adresse de livraison. Depuis son lancement, le service a été adopté par de nombreux sites, mais peu de grands noms en font partie.

En avril, Amazon Payments a déployé un nouveau programme, le Global Partner Program, qui a pour vocation d'aider les platefomes e-commerce à intégrer facilement cette solution. TechCrunch avait indiqué à l'époque qu'Amazon revendiquait 285 millions de comptes utilisateurs, dont 23 millions avaient été utilisés sur des sites tiers. 

Pour Mark Mahaney, il reste à voir si Amazon Payments va être en mesure de rattraper Paypal et de devenir de fait une plateforme de paiement. Le paiement est un marché qui ne manque pas de concurrents et Amazon pourrait choisir d'investir davantage sur un segment en croissance, comme la livraison des courses ou les activités logistiques.

"L'obstacle ici à ce que cela devienne un quatrième pilier pour Amazon est que c'est déjà un marché servi de manière raisonnablement efficace", a observé Mark Mahaney.

Version originale: Eugene Kim/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Cet échec de Steve Jobs à 12 millions de dollars a permis de sauver Apple